Haïti ou l'espoir en sursis

Le silence et le respect seraient d’une façon une attitude essentielle face au malheur haïtien. Les mots n’existent pas pour s’élever à la hauteur de ce pays-courage qui ne cesse de survivre aux malheurs.

Le goût du bonheur et du rire, le goût de l’abandon-enfant persiste en ces lieux de mille façons endeuillés. Quand les secours arriveront et qu’une juste mesure de l’étendue du désastre sera révélée, les survivants reprendront ou reconstruiront les chemins de l’espoir avec l’aide et toute la solidarité internationale qui s’imposent.

Que nous semblent soudainement petites et combien dérisoires nos élucubrations incessantes sur les problèmes qui meublent ici nos vies confortables. Combien d’Haïtiens pourraient fredonner : «Quand les hommes vivront d’amour… nous, nous serons morts, mon frère»?

Le drame haïtien est un appel plus que jamais urgent à la solidarité entre les peuples de tous les coins de ce monde fragilisé.

Jacques Léger, Montréal

Articles récents du même sujet