Alexander Medvedev, le président de la KHL: rêver d'une planète hockey

Mathieu Horth Gagné - Métro

Le président de la Ligue continentale russe, Alexander Medvedev, a de l’ambition pour la KHL et voit déjà des équipes un peu partout en Europe. Métro l’a rencontré après la présentation du match des étoiles de la KHL ce week-end à Minsk, au Bélarus.

Que se passe-t-il dans le dossier d’expansion de la KHL?
Il faut toujours garder en tête l’importance de l’expansion de la KHL pour éviter de s’isoler chacun de son côté. Au lieu de tenter de garder à tout prix nos meilleurs joueurs, on devrait essayer de créer de nouvelles vedettes en veillant à l’expansion du hockey partout sur la planète. Nous croyons aussi que l’expansion de la Ligue nous aidera à négocier une entente pour les transferts de joueurs avec la LNH.

Où cette expansion pourrait-elle mener?
Dans un monde idéal, nous réussirions à créer une ligue européenne avec des conférences comprenant entre autres la Russie. C’est un plan qui est tout de même réaliste à cause de la grosseur du marché européen. J’ai même essayé de trouver des raisons de ne pas travailler dans ce sens, et je n’en ai trouvé aucune. Si je me permettais même de rêver un peu, il serait extraordinaire de créer une grande ligue qui aurait une conférence en Amérique du Nord
également.

Quand vous parlez d’expansion du hockey en Europe, est-ce que cela devrait se faire absolument sous le contrôle de la KHL?

Pas nécessairement. Cela peut se faire au travers de la KHL, mais il peut aussi y avoir une fusion entre les différentes ligues européennes. Ce n’est pas une question de gloire pour la KHL, mais bien de ce qui est le mieux pour le hockey européen.

Est-il possible d’espérer qu’un match ou une série soit disputé entre le gagnant de la Coupe Stanley et le gagnant de la Coupe Gagarine (trophée du championnat de la KHL) dans un avenir rapproché?
À peu de chose près, c’était le but de la Coupe Victoria [qui oppose présentement le vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs et un club de la LNH. À l’avenir, l’objectif serait d’organiser un affrontement entre le gagnant de la Ligue des champions de l’IIHF et le gagnant de la Coupe Stanley.] Je crois que ce serait une excellente idée d’avoir ce genre de match, mais la LNH n’est pas d’accord avec moi sur ce point.

Qu’est-ce qui pourrait permettre qu’un tel événement voie le jour?

D’abord, ça va prendre une entente entre la LNH et la KHL si on veut aller de l’avant avec de nouveaux événements internationaux impliquant les deux ligues.

Avant de penser à l’expansion de la Ligue vers d’autre pays, vous ne devriez pas regarder quelques-uns de vos marchés en difficulté, comme Lada?
C’est sûr que ce genre de situation parmi nos équipes nous préoccupe. L’an prochain, les exigences financières pour les équipes de notre Ligue seront renforcées, et les formations qui ne pourront pas y répondre par manque de moyens devront nous quitter.

Est-il possible de penser que le prochain Alexander Ovechkin ou Evgeni Malkin décidera de jouer dans la KHL?

Nous ne voulons pas créer de barrières qui empêcheraient nos joueurs d’aller jouer où ils veulent. Toutefois, c’est certain qu’on aimerait qu’ils restent de leur propre chef. C’est déjà commencé quand on pense aux grands joueurs comme Jaromir Jagr, Alexei Yashin et Sergei Federov, qui ont décidé de joindre nos rangs. La KHL et la LNH offrent des types de jeu différents, et les joueurs peuvent s’appuyer aussi là-dessus pour prendre leur décision dans l’avenir.

Quel est votre objectif principal à court terme pour la KHL?
D’ici cinq ans, nous voulons bien sûr que notre Ligue se soit améliorée, mais nous voulons aussi avoir une entente acceptable avec la Ligue nationale et avoir construit des amphithéâtres plus modernes pour nos formations.

Présentement, les billets pour assister à un match de la KHL sont très peu dispendieux (5 $ à 20 $). Est-ce que cela risque d’être un problème à mesure que la Ligue grandira?
À mesure que notre Ligue va prendre de l’expansion et accueillir de plus en plus de bons joueurs, c’est sûr que le prix des billets va augmenter, mais personne n’a besoin de s’inquiéter à court terme.

Des joueurs hésitent encore à jouer dans la KHL, car les contrats n’y sont pas garantis et qu’une certaine transparence sur le plan des salaires y fait défaut. Quels genres de changements peut-on attendre de la Ligue?
Ce n’est plus vrai maintenant, nous avons beaucoup de transparence pour ce qui est des salaires des joueurs. Il se peut qu’une équipe ne soit pas alignée avec nos politiques à ce sujet, mais dans ce cas, des mesures sont prises contre cette formation. C’est le genre de chose qu’on voyait dans la Ligue russe il y a plusieurs années, mais plus maintenant.

Notre journaliste est présentement au Bélarus.

Articles récents du même sujet