Actualités

Record de randonnée extrême: Réaliser l’impossible

Record de randonnée extrême: Réaliser l’impossible
Photo: Collaboration spéciale - Liz Barney

Pousser ses limites à l’extrême et affronter ses peurs, c’est ce qui a motivé Hélène Dumais, résidente de L’Île-des-Sœurs. Avec sa partenaire Liz Barney, elles sont devenues les premières femmes à traverser seules en une expédition, l’île d’Oahu à Hawaii, en juin.

Les deux femmes ont parcouru en sept jours le Koolaau Summit Ridge, la plus longue chaîne de montagnes de l’île, en suivant toujours la crête.

«C’est très complexe, c’est une piste difficile d’accès et le sentier n’est pas tracé. Même nos points d’eau étaient limités. […] Un GPS n’est pas assez, il faut que tu sois capable de lire une carte et une boussole», raconte Mme Dumais.

Le 27 juin, les deux aventurières ont finalement réalisé l’impossible, après avoir fait deux tentatives en avril, sans succès. Les autorités locales ont fait savoir qu’elles étaient les premières femmes à réussir cette traversée. Avant elles, deux hommes avaient réalisé l’exploit après quatre ans de tentatives.

«Certains on fait des sections, mais d’un bout à l’autre, c’est un exploit. On l’a fait parce qu’on peut le faire et qu’on veut repousser nos limites. Il ne faut pas prendre un non comme réponse», explique la résidente de L’Île-des-Sœurs.

En tout, elles ont marché environ 50 miles avec 8 000 m de dénivelé, en montée et en descente, sans guide ni porteurs. Une expédition qu’elles ont organisée de A à Z depuis un an, qui comprenait de l’orientation avec carte, boussole et GPS dans la végétation dense sur des terrains humides, de l’escalade sans harnais.

Sentiers dangereux
Sept jours pour parcourir 50 miles peut sembler long, mais pas lorsque les randonneurs sont à la merci de la température d’après Mme Dumais. Les deux femmes étaient en mouvement 11h par jour sur une piste étroite dans un climat tropical.

«Nous avons dû attendre une journée à cause de la mauvaise température. Ça demande beaucoup de logistique parce que ça serait suicidaire tenter de le faire de nuit. Il y a beaucoup de gens qui se blessent et qui meurent sur cette crête.»

Le terrain, composé principalement de terre compactée, s’effrite lorsqu’il pleut. Les autorités locales rapportent que plusieurs randonneurs tombent de la crête à la suite du mauvais temps.

«Il y a des sections d’escalade que nous ne pouvions pas faire lorsque c’était mouillé parce que ce ne sont pas des murs de roche, mais de végétation. Parfois la piste était large comme tes deux pieds et tu ne voyais pas tes souliers.»

Pour des raisons de sécurité, une équipe suivait l’évolution de la randonnée de Mme Dumais et son acolyte, une photographe d’aventure basée à Hawaï. Au départ, personne ne devait savoir qu’elles tentaient le défi parce qu’il y en a «tellement qui ont essayé, qui se sont blessés ou qui sont morts, que cette crête a mauvaise réputation. Pour moi, appeler les urgences aurait été une honte parce que ça aurait voulu dire que mon plan n’aurait pas été assez efficace.»

Forte de cette réussite, Hélène Dumais compte maintenant relever un nouveau défi, celui de traverser l’état de la Floride à la course sur une distance de 250 miles. Habituellement, c’est une course pour les vélos de montagne, mais pour la première fois, elle sera ouverte aux coureurs de longue distance.