Actulocal outremont-mont-royal
14:50 16 janvier 2015

Facebook et Twitter trop coûteux pour Outremont ?

Facebook et Twitter trop coûteux pour Outremont ?
Photo: Karina Sanchez / TC Media

Alors qu’il se retrouve parmi les cinq arrondissements de Montréal à demeurer absents des médias sociaux, Outremont résiste, semble-t-il, à faire le saut pour des raisons économiques.

«L’idée d’investir dans une page Facebook corporative reste d’actualité, mais rien ne presse», indique Sylvain Leclerc, chargé de communication de l’arrondissement d’Outremont. «On se dirige tous vers les communications numériques, mais Outremont, avec ses moyens restreints, regarde ce qui se met en place ailleurs. On ne peut pas être le fer de lance de l’option numérique. Nous avons des limites de budget et de ressources humaines qu’on retrouve moins dans de plus grands arrondissements.»

L’employé ne peut s’engager plus quant à une présence sur les médias sociaux dans l’immédiat. «À Outremont, il n’y a qu’une personne aux communications, c’est-à-dire moi-même, aidé parfois par des stagiaires». Même s’il n’y a pas de frais afférents à l’ouverture d’un compte Facebook ou Twitter, «le temps qui y est consacré et le contenu devant être vérifié génère des coûts. On ne veut pas non plus dédoubler les efforts», signale Sylvain Leclerc en faisant référence aux projets que concocte la Ville-Centre avec sa campagne Ville Intelligente.

M. Leclerc reconnaît toutefois que la réception des communications écrites laisse parfois à désirer. «Les résidents ne prêtent pas toujours attention aux avis de l’arrondissement. Ils les jettent à la poubelle très souvent sans même les lire», constate-t-il. Certains préfèrent appeler au 311 pour avoir des informations, fait-il comprendre.

Communications en progression
«Mais ce n’est pas non plus le vide sidéral», sourit-il. «On a développé d’abord les liens sociaux les plus populaires. Ainsi la bibliothèque d’Outremont dispose d’une page Facebook depuis 2009. Nous diffusons une infolettre via internet depuis 2012. La Direction des loisirs prépare par ailleurs le lancement de sa page Facebook actuellement en développement.»

À l’heure où les médias sociaux s’imposent de plus en plus comme outil de distribution d’informations, le chargé de communication de l’arrondissement d’Outremont regrette qu’un projet de système d’Alertes citoyennes tel qu’il existe dans Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce ait été mis sur la glace pour des raisons budgétaires.
Le système d’alertes citoyennes permet via texto de prévenir la population d’informations de dernière minute comme les fermetures de rue, les coupures de gaz ou d’eau, etc.

Arrondissements «autonomes»
Appelé à commenter l’attente d’Outremont à l’égard de la Ville-Centre, Jean Racicot, chef de division des affaires publiques de la Ville de Montréal, tranche que «les arrondissements n’ont pas à attendre après nous.»
«Ils sont autonomes au niveau de leurs communications. C’est à eux de prendre les moyens pour communiquer avec leur public. Je suis un peu surpris que certains arrondissements n’utilisent pas encore les médias sociaux», ajoute M. Racicot.