Actualités

Montréal veut encadrer la sécurité entourant les déplacements des écoliers

Montréal veut encadrer la sécurité entourant les déplacements des écoliers
Photo by: Archives TC MediaArchives Métro

Montréal veut encadrer la sécurité des écoliers qui circulent quotidiennement à pied entre leur domicile et leur établissement scolaire. La Ville tiendra d’ici peu une étude publique sur le sujet, supervisée par la Commission de la sécurité publique.

Dans un communiqué diffusé jeudi, la Ville indique que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) fera d’abord «une présentation au sujet des brigadiers scolaires», le 21 février prochain, à l’hôtel de ville dès 18h30.

«Les critères d’analyse des traverses scolaires ainsi que le nombre et la répartition des brigadiers scolaires y seront notamment abordés», ajoute la Ville. Le public et les commissaires de la commission pourront directement poser leurs questions au service de police après la présentation. Montréal souligne que la commission adoptera ensuite «des recommandations», lors d’une seconde séance ouverte au public, le 12 mars dès 9h.

Jointe par Métro, la porte-parole du comité exécutif et du cabinet de la mairesse, Laurence Houde-Roy, a précisé qu’il était «difficile» pour le moment «d’indiquer si un budget sera accordé pour appuyer les recommandations de la commission», celles-ci n’ayant pas encore été précisées ni mises en œuvre à l’heure actuelle.

La Ville s’armera donc de patience dans ce dossier pour l’instant, étant donné que «les motivations et les objectifs de la commission» seront clarifiées dès «la première assemblée», dit Mme Houde Roy. Le président de la commission, Alex Norris, a assuré pour sa part qu’une documentation supplémentaire devrait être rendue disponible «dès que possible».

L’opposition se questionne
Appelé à réagir à cette question, le porte-parole en matière d’itinérance et de jeunesse de l’Opposition officielle, Benoît Langevin, a dit s’attendre à ce que «les cinq commissions scolaires de la métropole soient représentées dans le processus».

«J’espère sincèrement qu’on a fait l’inventaire et qu’on a demandé aux écoles leurs besoins en nombre de brigadiers. Ce sont elles qui détiennent l’expertise.» – Benoît Langevin.

Le conseiller du district de Bois-de-Liesse souhaite aussi que la commission «se dote d’un mandat clair afin de déterminer les quantités d’employés supplémentaires et nécessaires» à embaucher pour modérer la circulation automobile.

De manière générale, Ensemble Montréal affirme aussi se «questionner» sur les intentions de l’administration Plante dans ce dossier. «Au dernier budget, on parle de six personnes-années qui ont été ajoutées. C’est un chiffre qui est complètement insuffisant […] C’est un non-sens, ça ne suit pas la route mathématiquement», a poursuivi M. Langevin.

«On est contents que l’administration procède à une analyse dans ce dossier-là, mais on pense qu’elle devrait valider au moins rapidement, à vol d’oiseau, quels sont les vrais besoins. Après, on développera les postes et on pourra mieux s’adapter», a-t-il aussi envisagé.

Selon des chiffres d’Ensemble Montréal, entre 2013 et 2017, près de 140 enfants ont été blessés à cause d’une collision avec un véhicule sur la route à Montréal. «Sachant que c’est 33% des élèves dans les écoles qui utilisent le transport actif, il faut agir. […] Il faut tout mettre en place dès maintenant pour qu’un parent soit à l’aise de laisser son enfant circuler dans les rues de Montréal», a conclu l’élu de l’opposition.

Dans son budget 2019, présenté en novembre dernier, Montréal avait réservé une enveloppe d’un peu plus de 38M$ pour «le programme de sécurisation des abords des écoles, en accord avec l’approche Vision Zéro», visant à réduire «au maximum» les décès et les blessures graves dans les rues de Montréal. Un plan d’action concret – dont l’échéancier était initialement dû cet automne – devrait être rendu public d’ici le printemps.

Commentaires 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Geneviève

    Article fort intéressant… étant maman qui va mener son enfant à pied et travaillant également dans le milieu scolaire au primaire, je vous avouerais qu’il y a énormément de travail à faire. Les écoles débordent et les parents allant mener leurs enfants en voiture est omniprésente. Je voie constamment des automobilistes trop pressés, il y a un flux de circulation exceptionnellement élevé au abord des écoles. Tous les gens pressés par le train de vie augmentent les risques d’accidenos des écoliers marcheurs. C’est sans compter le nombre de fois que les automobilistes frôlent les brigadiers et tout ceux qui regardent leur cellulaire au lieu de les regarder à l’avant. À plusieurs reprises, mes enfants et moi avons risqué de se faire frapper par un automobiliste pressé. J’ai vu dans quelques écoles de la ville de Montréal des sections de rues fermées durant les heures d’ouverture et de fermeture d’école, une belle initiative que je tiens à souligner. On doit réfléchir socialement sur cette problématique afin que nos jeunes soient capables de circuler à pied en toute sécurité.

  • Martin

    Étant moi même brigadier scolaire depuis 11 ans, je dois dire que la ville se fou pas mal de la sécurité des enfants et des brigadier scolaires en général. On est souvent laisser à nous même et parfois ils sont prêt à laisser une traverse vide quand il n’y a pas de surnuméraires pour faire le remplacement.

    En plus, ils nous traître comme des bouches trou et on de la misère à nous payé comme il se devrait donc je serais le gars le plus surpris s’ils mettent une cenne pour améliorer la sécurité des traverse scolaire.