Actualités

Budget 2019: plus d’argent pour investir dans le transport en commun à Montréal

Budget 2019: plus d’argent pour investir dans le transport en commun à Montréal
Photo: Josie Desmarais/MétroLa mairesse Valérie Plante

Bien que le projet de ligne rose du métro n’ait pas été mentionné dans le budget fédéral, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, est confiante que la bonification du transfert des revenus de la taxe sur l’essence vers les municipalités contribuera à concrétiser les nombreux projets de transport en commun de la métropole.

«Pour nous, il est important dans nos rencontres prébudgétaires de toujours parler de la ligne rose parce que c’est un projet qui est essentiel», a déclaré Mme Plante mardi en marge d’une conférence de presse à l’hôtel de ville de Montréal pendant laquelle elle a accueilli «favorablement» le budget fédéral 2019. 

Dans un mémoire présenté dans le cadre des consultations prébudgétaires à Ottawa, la Ville de Montréal a réclamé que le gouvernement Trudeau inclue dans son budget «un engagement clair en faveur de la ligne rose du métro», un projet cher à la mairesse qui vise à contrer la problématique de saturation de la ligne orange aux heures de pointe.

«Pour moi, ce n’est pas une déception», a déclaré Mme Plante lorsqu’appelée à réagir par Métro sur le fait que ce projet de transport en commun n’est pas mentionné dans le budget dévoilé mardi. Elle s’est plutôt réjouie de la décision d’Ottawa de doubler, de façon ponctuelle, les transferts du Fonds de la taxe sur l’essence du gouvernement fédéral vers les municipalités canadiennes, ce qui représente un investissement supplémentaire de plus de 2G$.

Ce fonds vise à permettre aux municipalités du pays d’investir tant dans leur réseau de transport en commun que dans leurs infrastructures de traitement des eaux usées, de leurs routes et de leurs ponts locaux, notamment.

«Il faut qu’on réfléchisse à des façons structurantes de réaliser le transfert modal et ça, ça passe par une plus grande mobilité des gens via le transport collectif pour laisser plus de place sur le réseau routier pour le transport des marchandises», a affirmé la mairesse, ajoutant que l’augmentation de la somme dédiée à ce fonds fédéral aidera l’ensemble du Grand Montréal «à faire valoir ses projets de transport collectif, qui sont absolument nécessaires». 

«Je tiens à le rappeler, dans la région métropolitaine, ce sont 4G$ par année qui sont perdus en raison de la congestion routière» – Valérie Plante, mairesse de Montréal.

Parmi les projets de transport en commun en cours à Montréal, il y a entre autres le prolongement de la ligne bleue du métro jusqu’à Anjou et la création d’un système rapide par bus sur le boulevard Pie-IX. Les projets de création de la ligne rose du métro et d’un tramway vers l’est de Montréal ne sont pour leur part qu’à l’étape de l’étude.

Lutte contre l’itinérance
La mairesse de Montréal a par ailleurs salué la décision du gouvernement fédéral de lancer, le 1er avril prochain, le programme «Vers un chez soi», dans lequel seront investis 2,2 G$ afin de réduire de moitié l’itinérance chronique dans les villes du pays.

«La lutte contre l’itinérance est un enjeu qui me tient très à coeur dans lequel nous investissons beaucoup de temps et d’argent», a souligné Mme Plante. 

Elle a également salué la décision d’Ottawa de créer un nouvel incitatif financier à l’achat d’une première propriété qui pourra couvrir de 5 à 10% du prix d’achat, de même que celle de bonifier le Régime d’accès à la propriété en faisant passer de 25 000 à 35 000$ le montant que peuvent obtenir les acheteurs d’une première propriété.

Selon Mme Plante, ces investissements aideront la métropole «à retenir des familles sur l’île» alors que les Montréalais sont de plus en plus nombreux à déménager en banlieue.