Actualités

Élections Canada a approuvé un parti dirigé par un néonazi

Panneau publicitaire du Canadian Nationalist Party
Un panneau publicitaire du Canadian Nationalist Party au Saskatchewan Photo: fil twitter de Travis Patron

Le parti fédéral Canadian Nationalist Party est officiellement enregistré par Élections Canada depuis le 15 septembre. Selon le groupe Anti-Hate Canada, c’est un le premier parti néonazi officiellement reconnu par Élections Canada depuis la Deuxième Guerre mondiale.

Fondé en 2017 par Travis Patron, le Canadian Nationalist Party propose de remettre en place la peine de mort, de limiter les avortements, discontinuer le financement public des défilés de la fierté gaie et de retirer des curriculums académiques les droits LGBTQ+.

En entrevue à Métro, le chef du parti dit qu’il croit que le Canada ne devrait pas «faire la promotion de l’homosexualité», car ça ne serait pas productif à la «continuité nationale».

Travis Patron soutient que le Canada a besoin d’un parti qui le met de l’avant pour des personnes nées au Canada, qui paient des taxes depuis plusieurs générations et qui connaissent les paroles de l’hymne national.

Il souhaite aussi limiter les réfugiés provenant du Moyen-Orient. Il stipule que ceux-ci auraient une «idéologie qui pourrait causer des problèmes avec les racines chrétiennes de la société».

Questionnée sur la suprématie blanche, Travis Patron affirme qu’il croît à la prédisposition génétique de certaines races.

«Un néonazi assez assumé»

Selon l’ex-néonazi Maxime Fiset, ces déclarations sont inspirées des théories de suprémacistes blancs.

«La façon qu’il présente ça, c’est du dogwhistling suprémaciste. […] N’importe quel suprémaciste qui va entendre ça va comprendre qu’il croit à la supériorité des Blancs».

Maxime Fiset estime que le chef du parti fédéral est «un néonazi assez assumé qui a édulcoré sa plateforme pour qu’elle ait l’air politiquement correct».

Des membres affiliés aux néonazis et au KKK

Sur Facebook, Travis Patron a aimé des citations du fondateur du parti néonazi américain, George Lincoln Rockwell.

Il a aussi appuyé un appel au meurtre du chef du NPD Jagmeet Singh.

Evan Balgord, du Canadian Anti-Hate Network, nous fait remarquer que plusieurs supporteurs et membres du parti sont issus de l’extrême droite. Un des membres fondateurs du parti fédéral est Paul Fromm. Ce dernier est un suprémaciste bien connu dans le Canada anglais pour ses affiliations néonazis. Il est aussi proche de membres du Ku Klux Klan.

Le parti est aussi appuyé par William John Beattie, le fondateur du parti nazi du Canada.

Dans une vidéo, Patron a aussi exprimé une volonté de voir au retrait des «tribus parasites» du Canada. Selon Maxime Fiset et Evan Balgord, ce vidéo est explicitement antisémite. Le parti a récemment ajouté un commentaire sous la vidéo faisant reférence à la «Synagogue de Satan».

Financé par des fonds publics

Le parti a maintenant droit à du temps publicitaire dans les médias. Il peut aussi recevoir des rabais gouvernementaux pour des dépenses et émettre des rabais gouvernementaux à ses donateurs.

«Indirectement, le gouvernement canadien est maintenant en train de financer un parti néonazi», dit Evan Balgord.

Le Canadian Anti-Hate Network a envoyé une plainte à la GRC contre Travis Patreon. Il est présentement sous enquête criminelle pour incitation au génocide et promotion de la haine. Mais rien dans la Loi électorale du Canada ne permet au directeur général des élections de rejeter une demande présentée par un nouveau parti parce qu’un candidat fait l’objet d’une enquête.

Selon Élections Canada, aucun mécanisme ne permet au directeur général des élections de rejeter un parti politique à cause des idées qu’il promeut.

 

Articles récents du même sujet