Actualités

L’environnement au cœur du débat

L’environnement au cœur du débat

L’enjeu de l’environnement a nettement pris le dessus lors des échanges entre les candidats de la circonscription de LaSalle-Émard-Verdun dans le cadre d’un débat électoral organisé lundi dernier par l’organisme Concertation Ville-Émard-Côte-Saint-Paul.

David Lametti, député libéral sortant.

À tour de rôle, chaque candidat a parlé d’actions à entreprendre afin de contrer la crise climatique. Dans l’assistance, les gens ont appris que le député libéral sortant David Lametti fait des pressions auprès de son collègue, ministre des Transports, Marc Garneau.

«Je le presse afin qu’on puisse un jour obtenir un train à haute vitesse (TGV semblable à ceux en Europe) qui relierait les villes d’Ottawa, Québec et Montréal. Ce train aiderait à la lutte contre les changements climatiques», a-t-il dit.

 

Claudio Rocchi, candidat conservateur.

Les partis conservateur et bloquiste s’entendent sur la même priorité soit d’aider financièrement les entreprises de technologie verte à pouvoir exporter à l’étranger. La bloquiste Isabelle Dion va plus loin. «Il faut instaurer un modèle de péréquation verte calqué sur un modèle de pollueur payeur, dit-elle. Cela permettrait de créer une course à l’innovation verte.»

Plusieurs thèmes ont été abordés dont le logement social, la culture, l’environnement, l’économie. Le candidat indépendant Jacques Côté a suggéré une proposition originale concernant l’achat local. «On devrait enlever la TPS pour les gens qui achètent les produits chez les commerçants du quartier», a-t-il dit.

Cannabis

Isabel Dion, candidate du Bloc Québécois.

À la fin de la rencontre de deux heures, une jeune fille de 15 ans, Amélie Roy a posé une question sur le cannabis qui a reçu une salve d’applaudissements. «En marchant vers l’école, je traverse des nuages de cannabis, observe-t-elle. Est-ce que vous trouvez c’est une bonne chose la légalisation du cannabis? »

Le député sortant, le libéral David Lametti croit que la solution réside en l’éducation des jeunes. Son adversaire bloquiste, Isabel Dion, travailleuse sociale de métier estime que la décriminalisation du cannabis ne signifie pas sa promotion. Elle juge important d’aider un jeune aux prises avec une dépendance au cannabis sans qu’il soit criminalisé.

Le candidat conservateur Claudio Rocchi croit que la Chambre des Communes a adopté trop rapidement cette loi. «Je vois des parents qui disent à leur enfant de ne pas prendre de cannabis. Le jeune lui répond: “mais voyons papa, c’est légal“.»

Quant à la candidate du Parti vert, Jency Mercier, elle s’inquiète des produits contenus dans le cannabis et des méfaits pour la santé.

La jeune Amélie Roy a interrogé les candidats sur la légalisation du cannabis.

Avis partagés

Les avis sont partagés concernant ce débat, tenu à quelques jours du vote par anticipation se tient du 11 au 14 octobre.

«Il y a eu beaucoup de bla bla et des réponses très vagues des candidats. Je suis aussi indécise qu’à mon arrivée», explique une jeune femme qui a tenu à rester anonyme.

Un père de famille a avoué qu’il était indécis à son arrivée. «Avant, je votais toujours pour le candidat, dit-il, mais cette année, mon vote va peut-être aller davantage à un parti.»

L’homme dans la cinquantaine est reparti tout de même satisfait des réponses des candidats.