Actualités

Vote de grève massif à l’entrepôt Jean Coutu

Un magasin Jean Coutu Photo: Pablo Ortiz / Métro

Les travailleurs syndiqués de l’entrepôt de Varennes des pharmacies Jean Coutu ont voté dimanche à 99% pour se doter d’un mandat de grève au moment opportun.

Le syndicat déplore que l’employeur refuse de négocier avec le syndicat le renouvellement de la convention collective, échue depuis le 31 décembre 2019, sans la présence d’un conciliateur du ministère du Travail.

Le syndicat dénonce également le choix du groupe Metro, qui possède désormais les pharmacies Jean Coutu, de mettre fin à sa prime COVID-19 qui permettait de toucher jusqu’à 2$ de plus de l’heure.

«Nous avons été au travail tout le long de la pandémie, nous avons adopté toutes les méthodes pour limiter la propagation du virus et continuer d’assurer une part importante de l’approvisionnement en médicaments au Québec. On mérite un plus grand respect de la part de l’employeur qui doit négocier de bonne foi», a déclaré dans un communiqué Audrey Benoît, présidente du Syndicat des travailleurs et travailleuses de l’entrepôt Pharmacie Jean Coutu-CSN.

Les autres points en litige sont le respect de l’ancienneté dans l’attribution des tâches, les horaires de travail, le contrat d’assurance des employés, la sous-traitance, le programme de retraite progressive et une réduction du ratio d’employés travaillant à temps partiel.

Le syndicat indique que Metro a vu son chiffre d’affaires augmenter de 9,7 % au deuxième trimestre de 2020 comparativement à la même période l’année précédente. Les bénéfices nets ont grimpé de 45 % pour cette même période.

Quelque 509 membres ont voté sur un total de 700 employés.

Pandémie oblige, l’assemblée syndicale s’est tenue dans le stationnement de l’entrepôt. Le son des discours était retransmis dans chaque automobile.

Articles récents du même sujet