Actualités

Lutte au trafic d’armes: 5 M$ pour l’ELTA du SPVM

Cette aide permettra à l’équipe dédiée à la lutte au trafic d’armes à feu (ELTA) du SPVM de faire face à ce «fléau».
La vice-première ministre du Québec Geneviève Guilbault Photo: Josie Desmarais

Le soutien financier de 5 M$ pour aider la métropole à lutter contre le trafic d’armes à feu, annoncé lors du dernier budget provincial, arrive sur le territoire de Montréal. Cette aide permettra à l’équipe dédiée à la lutte au trafic d’armes à feu (ELTA) du SPVM de faire face à ce «fléau», annonce la vice-première ministre du Québec et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, lors d’un point de presse au Pavillon communautaire du parc Henri-Bourassa, à Montréal-Nord, mardi.

Concrètement, ce 5 M$ va permettre à ELTA, de consacrer plus de 40 personnes à temps plein dans leur mission de lutte au trafic d’armes à feu. «Cela va mettre une pression supplémentaire aux trafiquants», indique le directeur du SPVM, Sylvain Caron. Actuellement, les effectifs sont de 23 personnes.

En place depuis février, cette équipe a saisi 14 armes et effectuée 11 arrestations. Sa mission vise le démantèlement des réseaux de trafic d’armes à feu grâce à des ressources totalement dédiées.

«Il y a trop d’événements violents à Montréal et il faut y mettre fin. Il y a eu des tirs proches d’écoles, les gens vivent avec la crainte d’être au mauvais moment, au mauvais endroit. Assurer la paix et la sécurité est un devoir» – Chantal Rouleau, ministre responsable de la région de Montréal et de la Métropole

La ministre de la Sécurité publique souligne que le nombre de violences armées a doublé à Montréal de 2019 à 2020, atteignant une augmentation de 107%. Les tentatives de meurtre armées auraient connu une hausse de 39 % sur la même période.

Pour rappel, jeudi 10 juin, une double tentative de meurtre à eu lieu à Montréal. Deux victimes de 17 ans ont été touchées au haut du corps dans le quartier de Saint-Michel.

Mme Rouleau concède que la source de bien des maux provient de la qualité de vie de certains secteurs.

La Mairesse de Montréal, Valérie Plante, se dit préoccupée par l’augmentation des violences armés, précisément dans le grand nord est de l’île.

L’annonce a été faite en présence de la ministre responsable de la région de Montréal et de la Métropole, Mme Chantal Rouleau, de la mairesse de la Ville de Montréal, Mme Valérie Plante, du député libéral fédéral pour la circonscription de Bourassa, Emmanuel Dubourg et du directeur du Service de police de la Ville de Montréal, M. Sylvain Caron.

Le milieu communautaire fait partie de la solution

Un demi million vient s’ajouter à l’annonce du jour en direction de la ville de Montréal. Cela devrait permettre de bonifier le programme de prévention sur la trafic d’armes à feu de Montréal auprès des jeunes. Avec ce montant, les milieux communautaires pourront embaucher une quarantaine d’employé et sensibiliser environ 1500 jeunes. Ce milieu communautaire que la mairesse décrit comme «une force tranquille» fait partie de la solution, la réduction des violences passe par le milieu communautaire, pense Valérie Plante.

Vers une proximité de la police

Québec annonçait hier un projet pilote de policiers sans arme ni uniforme. L’équipe de 24 policiers dont la mission sera de créer une synergie avec la population, basée sur la confiance et le dialogue est tenue par le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) et pourrait être adopté dans l’ensemble du Québec.

Le gouvernement y dédie 3,6 M$. L’objectif est notamment d’apporter de l’aide aux personnes aux prises avec des dépendances, en situation d’itinérance ou victimes de violence conjugale.

Articles récents du même sujet