Actualités
12:25 6 juillet 2021 | mise à jour le: 6 juillet 2021 à 16:24 Temps de lecture: 3 minutes

Un train à grande fréquence entre Québec, Montréal et Toronto d’ici 2030

Un train à grande fréquence entre Québec, Montréal et Toronto d’ici 2030
Photo: 123rfUn homme à la gare.

Se déplacer de Montréal à Québec en train pourrait prendre 30 minutes de moins. Et pour passer de Toronto à Québec, vous pourriez éviter 90 minutes supplémentaires. Un train à grande fréquence (TGF) reliant les trois villes devrait voir le jour d’ici 2030, a annoncé le gouvernement dans une conférence de presse mardi.

Actuellement, les parcours sont interrompus par le passage de trains de marchandises. Pour éviter ces contretemps avec le TGF, des voies ferrées distinctes seront construites. La liaison entre Montréal et Québec passera par Laval et Trois-Rivières.

Ce projet risque de coûter de 6 à 12 milliards de dollars. Lors du dernier budget, une enveloppe de 500 M$ avait été assurée sur six ans à Via Rail afin d’amorcer certains travaux d’infrastructure.

«C’est l’un des projets d’infrastructures les plus importants au Canada des dernières décennies», s’est réjouit le ministre des Transports du Canada, Omar Alghabra à la Gare du Palais de Québec.

Les trains seront propulsés par le diesel dans les centres urbains et par l’électricité pendant 90% des trajets. Un TGF peut se déplacer jusqu’à 200 kilomètres à l’heure, donc à 40 kilomètres à l’heure plus rapidement que les locomotives les plus rapides de Via Rail.

Étapes préliminaires

Le processus d’approvisionnement pour les infrastructures reliées au projet a été entamé mardi. Les prochaines étapes importantes incluront une évaluation environnementale et la consultation des communautés impliquées. Entre autres, 36 communautés autochtones se trouvent sur le tracé ciblé.

Les voisinages se trouvant aux alentours du futur chemin de fer seront également sondés, de même que certains partenaires ferroviaires privés, qui contrôlent les accès à certains centres urbains.

L’appel d’offre pour trouver un constructeur sera lancé à l’automne.

Victoire pour la Capitale-Nationale

Pour le maire de Québec, Régis Labeaume, l’annonce d’un lien ferroviaire vers Québec représente une «grosse victoire».

«Nous avions raison de nous battre, de ne pas lâcher le morceau pour que Québec soit inclut dans le projet.»

Régis Labeaume, maire de Québec

Un arrêt est prévu à l’aéroport Jean Lesage, où une gare sera construite. Après une année financière difficile, le lien ferroviaire permettra à l’aéroport de se développer, estime le président du Conseil du Trésor, Jean-Yves Duclos.

Le projet est accueilli favorablement par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM).

«C’est un projet d’infrastructure essentiel qui améliorera la connectivité entre nos grands centres urbains et rehaussera leur attractivité globale. De fait, le déploiement de liens ferroviaires modernes, rapides et fréquents fait partie des investissements stratégiques de plusieurs grandes zones économiques à travers la planète», réagit le président Michel Leblanc.

«La création d’un nouveau tronçon sur la rive nord du Saint-Laurent entre Québec et Montréal renforcera également l’activité touristique de toute la zone», ajoute-t-il.

Par ailleurs, huit ans après la tragédie qui a ébranlé la communauté de Lac-Mégantic, le ministre Omar Alghabra s’est engagé à faire de la création d’une voie de contournement l’une de ses priorités.

«Je demeure personnellement engagé à ce que ce projet avance aussi rapidement que possible. La Sécurité ferroviaire demeure une priorité pour notre gouvernement», a-t-il déclaré.

Articles similaires