Actualités

Transport en commun: le retour des usagers s’amorce

Voie réservée Sud-Ouest
Les lignes d’autobus qui sillonnent l’arrondissement font des trajets 1,4 fois plus sinueux en moyenne que dans l’ensemble de l’île de Montréal. Photo: Archives

La pandémie a durement touché le secteur du transport en commun mais les bus de la Société de transport de Montréal (STM) et des autres transporteurs de la métropole ont retrouvé ou frôlent plus de 50% de l’achalandage pré-pandémique. Le réseau global, comprenant le métro et les trains, devrait aussi remonter à l’automne, prévoit-on.

La pandémie a créé des déserts dans les centres-villes et la place du télétravail s’est intensifiée, amenant une utilisation moindre du transport en commun dans la métropole. Toutefois, les derniers chiffres fournis par la STM concernant son réseau de bus sont encourageants puisqu’en juin le transporteur a retrouvé un taux d’achalandage de 51% par rapport à la même période en 2019, une première depuis de longs mois.

Cette désertification est un phénomène que l’on retrouve dans tous les grands centres. «Tant que le niveau d’activité des centres-villes n’est pas revenu à la normale, les modes de transports qui y sont associés comme le train vont enregistrer de plus faibles taux d’achalandage», explique le président de Trajectoire Québec, François Pépin.

Les bus s’en sortent mieux car «ils se concentrent vers la desserte locale ou les parcs industriels et commerciaux», précise le président de Trajectoire Québec.

En avril 2020, la STM a enregistré une baisse d’achalandage de 86% sur tout son réseau, métro et bus, par rapport à une année «normale». Jusqu’ici, les usagers n’utilisaient le réseau qu’à des niveaux réduits mais juin 2021 marque un revirement puisque la STM retrouve un niveau d’achalandage de 43% et anticipe cette tendance positive dans les mois qui arrivent. 

«Pour l’automne, nous anticipons une période de transition qui pourrait permettre de retrouver graduellement un niveau d’achalandage d’environ 50 à 75 % de celui observé en 2019.»

STM

«Au fur et à mesure du déconfinement, les gens reprennent leurs activités et reviennent au transport collectif tranquillement d’autant plus que bon nombre de trajets se dirigent vers le centre-ville alors que celui-ci n’a pas repris totalement son activité. Ce regain n’est donc pas accidentel et devrait se confirmer à l’automne. Le retour a la normale devrait se réaliser au cours de 2022», soutient François Pépin.

Mardi, malgré l’arrivée d’une quatrième vague de COVID-19 au Québec, le gouvernement a maintenu qu’il ne reconfinera pas la province, préférant miser sur un passeport vaccinal.

Semblable chez les autres transporteurs

Le réseau de la Société des transport de Laval (STL) établit un constat similaire que la STM puisque le mois de juin 2021 a atteint plus de 53% de l’achalandage de 2019. La STL tempère ce constat en expliquant «qu’il y avait plus de journées de semaine en juin 2021 qu’en juin 2019».

Les trains d’exo demeurent largement en-deçà des niveaux de 2019 – entre 19% et 3% selon la ligne – mais encore une fois le réseau de bus remonte la pente. Les autobus de la Rive-Nord ont retrouvé 58% de leur clientèle, ceux de la Rive-Sud 34%.

«Chez exo, nous sommes d’avis que nous sommes à l’aube d’un retour des étudiants et des travailleurs se destinant au centre-ville de Montréal. Nous espérons que nous pourrons observer, à partir de l’automne 2021, une croissance progressive de la clientèle à bord de nos services qui pourrait aller jusqu’à environ 75% de l’achalandage pré-pandémique pour les autobus et à environ 60% de l’achalandage pré-pandémique pour les trains vers la fin de l’année.»

Du côté de Longueuil et du Réseau de transport de Longueuil (RTL), l’achalandage est à 44% du niveau 2019.

Articles récents du même sujet