Actualités

Hydro-Québec: «pas de nouveaux barrages» pour répondre à la demande

Sophie Brochu, pdg d'Hydro-Québec à Tout le monde en parle. Photo: Capture d'écran

Le récent contrat obtenu par Hydro-Québec, en tant que futur fournisseur d’électricité de la ville de New York, ne devrait pas voir la construction de nouveaux barrages au Québec pour répondre à la demande. Les plus de 10 térawatts seront générés en optimisant l’utilisation énergétique au Québec et en développant des parcs éoliens par exemple, explique la présidente-directrice générale d’Hydro-Québec, Sophie Brochu.

La pdg décrit ce contrat «américain» comme «la fierté» des Québécois. «La paye du contrat qu’on a signé, c’est pas que ce soit le plus gros contrat d’Hydro-Québec, la plus belle affaire, c’est que les Québécois ont été fiers de l’annonce». Celui-ci distribuera 10,4 térawatts à la ville de New York, soit l’équivalent de «la consommation de 1 million de foyers, ou 20 % de la consommation de la ville de New York». C’est aussi un grand pas vers la transition verte puisque ledit contrat représente une réduction des gaz à effet de serre. «C’est comme si on enlevait 44 % des voitures de New York.»

Fournir cette production électrique ne devrait pas engendrer de nouveaux barrages au Québec, mais plutôt des améliorations d’équipements alliés avec une consommation de l’énergie plus efficace, ainsi que le développement de l’éolien. «Pas de nouveaux barrages dans un horizon prévisible, ce n’est pas dans nos cartons», déclare Sophie Brochu.

«On va moderniser les équipements. On a des barrages un peu partout au Québec qui datent un petit peu et qui ont besoin d’amour. Et quand on met des équipements modernes, on a plus de capacité. On a tous les ouvrages dont on a besoin au Québec»

Sophie Brochu, pdg Hydro-Québec

Sur la question de l’efficacité énergétique, Sophie Brochu explique qu’il y a beaucoup de «térawatts à aller chercher». Même si la pdg ne décrit pas le profil des québécois d’énergivores, elle précise que des améliorations sont possibles. «La première chose à faire au Québec, c’est consommer mieux et consommer moins. Il y a un gisement inouï dans l’efficacité énergétique.»

De plus, Mme Brochu mise sur les découvertes futures pour faire des gains d’énergie. «Entre maintenant et 2050, il va y avoir des technologies que l’on ne connaît même pas. […] Entre 2004 et 2020, en consommant mieux on a épargné 10,2 térawatts, c’est l’équivalent du contrat»

Sophie Brochu, pdg Hydro-Québec

Hydro-Québec devrait dévoiler bientôt les détails financiers de ce contrat. «On va le révéler, mais présentement on est en train de finaliser les détails avec notre partenaire, et c’est cette entité-là qui va déposer le projet.» Le premier ministre du Québec avançait un montant de 20 milliards. «M. Legault a fait une jolie règle de trois avec un ancien contrat que l’on a passé, et il n’est pas complètement dans le champ», dit Sophie Brochu.

Articles récents du même sujet