Actualités

Québec bonifie son offre aux éducatrices

Sonia Lebel, présidente du Conseil du Trésor
Sonia LeBel, présidente du Conseil du Trésor Photo: Josie Desmarais/Métro

Après avoir dévoilé son plan pour créer 37 000 places en CPE, le gouvernement fait le point sur les négociations d’une nouvelle convention collective avec les éducatrices. Celles qui sont qualifiées, dont 60% des éducatrices, se voient offrir une augmentation de salaire de plus de 20%.

Ces hausses ne sont toutefois pas automatiques, et se décomposent en fonction des heures travaillées. Toutes les éducatrices auraient droit à une hausse de 6% d’ici février 2022. Les éducatrices qualifiées obtiendraient un 6% supplémentaire, et celles qui acceptent de travailler 40 heures par semaine, un autre 5%. On y ajoute un 3,2% pour les éducatrices de dernier échelon.

Leur salaire horaire avoisinerait donc 29 $, explique la présidente du Conseil du Trésor, Sonia LeBel. «Nous avons eu une belle semaine d’intensification des négociations», se satisfait Me LeBel. Cette nouvelle offre se rapproche donc des demandes de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ), qui souhaite un salaire de 30,50 $ pour les éducatrices qualifiées.

Pour les éducatrices qui ne possèdent pas de formation particulière, le salaire horaire deviendrait désormais 21,38 $, une augmentation de plus de 2 $. Le gouvernement offre volontairement une augmentation plus importante aux éducatrices qualifiées, comme il s’agit d’une demande des syndicats.

Question de condition

Québec cherche à embaucher 17 800 éducatrices d’ici 2025. Les conditions de travail de la profession devront être rehaussées pour attirer de nouvelles candidates, admet la CAQ. Devant l’urgence de la situation, le salaire des éducatrices syndiquées a déjà été rehaussé, même si les négociations se poursuivent.

Mais le bât blesse en matière de conditions de travail, estime la FIPEQ-CSQ. Le gouvernement espère que les éducatrices accepteront de travailler 40 heures par semaine, mais comme les quarts de travail sont souvent d’une durée de 9 heures, les éducatrices sont réticentes devant cette possibilité.

«Je ne pense pas que ce soit une question d’heures travaillées, indique Me LeBel. C’est plutôt une question de soutien pendant les heures travaillées. On peut rendre les conditions de travail plus agréables, en diminuant la charge de travail quotidienne.»

Un ratio établi à cinq poupons pour une éducatrice, du temps supplémentaire pour remplir le dossier des enfants et des outils supplémentaires pour aider les enfants «à besoins particuliers» sont demandés par le syndicat.

«Les ratios ne sont pas respectés, les congés sont refusés. Beaucoup de choses ne fonctionnent pas dans l’organisation des CPE», se désolait la vice-présidente de la FSSS-CSN, Lucie Longchamps, en entrevue avec Métro. «Les éducatrices n’ont pas assez de temps pour compléter leur travail. Une fois qu’on parlera des conditions, on s’assoira pour discuter plus attentivement des offres salariales.»

La nouvelle hausse de salaire proposée coûtera plus de 10 M$ mensuellement à l’État.

Plan d’envergure

Une enveloppe de trois milliards de dollars, dont un investissement nouveau de 1,8 milliard de dollars, sera dédiée à la création de 37 000 places en CPE. D’ici 2025, tous les Québécois auront accès à une place en garderie, assure la CAQ.

Le premier ministre François Legault s’est réjoui jeudi d’arriver, «après 25 ans», avec «les budgets», et non uniquement «des promesses électorales». «C’est le meilleur investissement qu’on ne puisse pas faire pour l’avenir de nos enfants», a-t-il ajouté.

Pour créer ces places, de nouvelles installations ouvriront leurs portes. En vertu d’un appel de projets continu, 17 000 places seront créées. D’autres seront assurées par la conversion des places non subventionnées en places subventionnées, et par le nombre d’enfants maximal permis par établissement, qui passera de 80 à 100 pour les garderies privées. Les CPE pourront maintenant accueillir jusqu’à 500 enfants dans différentes installations.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet