Actualités

COP26: les groupes environnementaux auraient dû être consultés, dit l’opposition

Le candidat à la chefferie du PQ Sylvain Gaudreault veut que Montréal en fasse plus pour le français
Sylvain Gaudreault Photo: Archives Métro

Alors que le premier ministre François Legault s’apprête à s’envoler pour la COP26, les partis d’opposition se demandent pourquoi les organismes environnementaux n’ont pas été consultés au préalable. Il s’agit d’une coutume adoptée par les premiers ministres précédents.

«Tous ses prédécesseurs récents avaient comme modus operandi de faire ça, de consulter les groupes pour essayer de dégager un vaste consensus. Que M. Legault ne le fasse pas, c’est particulier», critique le responsable des libéraux en matière d’environnement, Carlos J. Leitão.

À titre comparatif, le péquiste Sylvain Gaudreault a expliqué rencontrer fréquemment des organismes comme Nature Québec, la Fondation David Suzuki et Greenpeace. «Je ne les rencontre pas juste avant la COP, moi, je les rencontre à l’année pour m’alimenter en matière de positions environnementales», précise-t-il.

Les groupes écologistes ont démontré leur déception après avoir été ignorés par le premier ministre dans un article publié dans La Presse. Un conseiller spécial du cabinet de François Legault, Stéphane Gobeil, a qualifié l’attitude de ces organismes de «pleurnichage».

Demandes spéciales

Vendredi, les représentants des oppositions en matière d’environnement rencontraient le ministre Benoit Charette. L’objectif? Partager leurs priorités en vue de la COP26. Pour les libéraux, la carboneutralité doit être atteinte d’ici 2050, et une étude sur les impacts environnementaux du 3e lien doit être publiée.

Le gouvernement doit établir son point de vue «quant à l’urgence climatique et la nécessité d’agir rapidement», estime M. Leitão.

M. Legault parle surtout de changements climatiques seulement comme une occasion pour vendre de l’électricité. Je veux bien, là, mais c’est beaucoup plus complexe et beaucoup plus vaste que juste vendre de l’électricité aux États-Unis.

Carlos J. Leitão, responsable des libéraux en matière d’environnement

Selon lui, le bilan de la CAQ en matière d’environnement ne mériterait pas la note de passage. Le député de Québec solidaire Sol Zanetti s’amuse de cette remarque.

Le Parti libéral qui vient faire des leçons d’environnement à la CAQ, est-ce que c’est sérieux?

Sol Zanetti

«C’est un scénario grotesque, c’est un scénario qui est complètement ridicule, j’ai l’impression de vivre dans une pièce de théâtre. Québec solidaire, c’est le seul parti d’opposition qui n’a pas de pétrole sur les mains», se félicite M. Zanetti.

Jeudi, le député a déposé un projet de loi pour une meilleure qualité de l’air. Celui-ci viserait à briser les droits acquis des entreprises qui dépassent les normes, et à instaurer un poste de vérificateur de la qualité de l’air.

Plan concret

Le Parti québécois demande à la CAQ de présenter un plan concret avant de se rendre à la COP26 «pour montrer que le Québec est un leader en matière de changements climatiques».

Le parti propose qu’un pour cent du programme québécois d’infrastructures soit investi dans le verdissement, de même que l’adoption d’un projet de loi pour un Fonds de transition juste. Celui-ci servirait au financement d’initiatives vertes.

En réplique à ses adversaires, François Legault a publié une série de publications sur les réseaux sociaux vantant les mérites du Québec dans la lutte aux changements climatiques. Il évoque l’hydroélectricité acheminée aux États-Unis, les transports collectifs et l’arrêt de l’extraction des hydrocarbures.

La COP26, organisée par les Nations unies, se tiendra à Glasgow, en Écosse, du 1er au 12 novembre.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet