Actualités

CHSLD: la ministre McCann blâme les CISSS pour le manque de préparation

La ministre de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann. Photo: Josie Desmarais/Journal Métro

C’était la responsabilité des présidents-directeurs généraux (PDG) des CISSS et des CIUSSS de préparer les CHSLD à la pandémie dès janvier 2020, a déclaré l’ex-ministre de la Santé et des Services sociaux Danielle McCann à l’enquête publique visant à faire la lumière sur les décès survenus dans les milieux d’hébergement pour aînés au printemps 2020. Cette responsabilité n’est toutefois pas clairement énoncée dans les procès-verbaux des réunions tenues en janvier et février 2020.

Aujourd’hui, la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, témoigne devant la coroner Géhane Kamel. Elle remplace la ministre des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, qui est actuellement en congé de maladie pour épuisement professionnel.

Après celui du directeur national de la santé publique du Québec, Horacio Arruda, son témoignage était très attendu.  

Danielle McCann a d’abord présenté une chronologie des actions posées par le ministère en amont de la première vague de la pandémie et pendant celle-ci.

À l’instar d’Yvan Gendron, un ex-sous-ministre de la Santé venu témoigner avant elle, Mme McCann a indiqué que le Comité de gestion du réseau (CGR) spécial s’était réuni le 22 janvier 2020 et avait demandé au réseau de la santé de mettre à jour ses plans pandémiques. 

À qui la responsabilité de la préparation en CHSLD?

Si des préoccupations concernant le risque pour les personnes âgées d’être infectées à la COVID-19 ont été soulevées dès février, la préparation en CHSLD «n’était pas au rendez-vous», a rappelé la coroner, Me Géhane Kamel.

En effet, la preuve testimoniale a déjà amplement démontré que l’accent a été mis sur les milieux hospitaliers dans le but d’éviter un engorgement des urgences.

«Quand j’entends les gens dire qu’à l’Hôpital Notre-Dame les gens attendaient et se tournaient les pouces, alors que ça frappait de plein fouet dans les CHSLD… Cette préparation-là, elle appartenait à qui?», a demandé la coroner à la témoin.

La réponse de Danielle McCann a été claire: la responsabilité appartenait aux hauts placés des CISSS et des CIUSSS. «C’est sûr que le ministère a transmis les plans et a travaillé avec les PDG», a-t-elle déclaré. 

C’était donc aux gestionnaires de mettre en branle le plan à partir du mois de janvier, selon la ministre. Elle a aussi affirmé qu’ils devaient aussi prévoir «tous les volets» inclus dans le plan, comme avoir les équipements et le personnel nécessaires. «Ils étaient bien placés pour prendre des ressources d’autres secteurs de leurs CISSS et CIUSSS pour les amener en CHSLD», a ajouté Danielle McCann.

Des procès-verbaux contredisent la ministre

Lors du contre-interrogatoire de Danielle McCann, l’avocat qui représente six familles de résidents décédés, Me Patrick Martin-Ménard, a remis en doute l’affirmation de la ministre.

Selon des procès-verbaux de réunions tenues en janvier et en février, il n’est pas clairement énoncé que la responsabilité de se préparer à la pandémie revient aux gestionnaires du réseau de la santé.

C’est seulement lors de la réunion du CGR tenue le 26 février 2020 qu’on mentionne que «étant donné la hausse du nombre de cas de personnes infectées par le coronavirus et la hausse du nombre de foyers à travers le monde, la sécurité civile et le MSSS seront dorénavant en mode préparatoire à une pandémie».

Le procès-verbal de la réunion du 9 mars 2020 indique qu’on a décidé de «procéder à une mise à jour du plan de lutte à la pandémie élaboré pour le H1N1 et d’ajouter une annexe dédiée à la COVID-19».

Mme McCann a réaffirmé, «de mémoire», qu’il avait été demandé aux établissements de mettre à jour leurs plans dès janvier. La coroner a dit souhaiter éclaircir cet aspect qui demeure flou.

Les gestionnaires et PDG des différents CISSS et CIUSSS ont déjà amplement souligné combien la pandémie les avait frappés. Deux enjeux sont principalement en cause: le manque criant d’équipement à l’époque ainsi que la pénurie de travailleurs accentuée par des éclosions au sein du personnel.

Au volet de l’enquête sur le CHSLD Yvon-Brunet, la PDG du CIUSSS Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, Sonia Bélanger, a déclaré devant la coroner que les CHSLD n’étaient pas prêts pour faire face à la pandémie. Si les mesures instaurées par le gouvernement provincial pour attirer des préposés aux bénéficiaires ont été d’une grande aide, le manque de personnel dans les CHSLD n’a été réglé que partiellement, avait-elle aussi mentionné.

Les audiences du volet national de l’enquête publique se poursuivent cet après-midi au palais de justice de Québec avec le témoignage du sous-ministre adjoint à la direction générale de la coordination réseau et ministérielle et des affaires institutionnelles du MSSS, Daniel Desharnais.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet