Actualités

QS veut augmenter le crédit d’impôt pour solidarité de moitié

La députée solidaire de Mercier, Ruba Ghazal, à l'avant.
La députée solidaire de Mercier, Ruba Ghazal, à l'avant. Photo: Pablo Ortiz/Métro

Trois jours avant la mise à jour économique du gouvernement, Québec solidaire (QS) demande que le crédit d’impôt pour solidarité soit doublé. La proposition coûterait 900 M$ à l’État.

Ce crédit d’impôt, remboursable, vise à venir en aide aux ménages à faible ou à moyen revenus. À l’heure actuelle, 2,8 millions y ont accès, et bénéficient d’un crédit de 1500 $. Si la proposition de QS était appliquée, une famille de deux enfants se verrait attribuer 2340 $, et un aîné, jusqu’à 1917 $ par année.

«C’est une mesure simple qui peut être faite très rapidement. Et les gens les plus vulnérables, ceux qui en ont réellement besoin, ils pourraient en bénéficier dès aujourd’hui», a estimé la députée solidaire Ruba Ghazal en point de presse, lundi.

Il s’agirait d’une mesure temporaire, déployée en raison de «l’urgence de la situation». En avril, 17% des familles se sont trouvées aux prises avec des situations d’insécurité alimentaire, rappelle QS. D’autres situations à court terme seraient le gel des loyers et des tarifs d’Hydro-Québec. La CAQ a récemment mentionné que les tarifs de la société d’État suivraient le cours de l’inflation, une décision que Mme Ghazal qualifie de «stupide».

«On voit ce qui va arriver, au mois d’avril, les gens vont voir leurs factures augmenter de beaucoup. Il y a des gens qui ne seront pas capables de la payer, craint Mme Ghazal. C’est nous, dans nos bureaux, qui allons recevoir l’appel de ces gens-là.»

Le parti rappelle que la solution optimale à long terme serait l’augmentation du salaire minimum. Il faudrait le hausser jusqu’à 18 $ de l’heure, a-t-on statué lors du congrès tenu la fin de semaine dernière.

L’économie avant les Nordiques

Le Parti libéral du Québec (PLQ) accuse le gouvernement d’utiliser le potentiel retour d’une équipe de hockey professionnel à Québec comme arme politique plutôt que de s’attaquer à des enjeux plus importants.

«Ce que j’attends et que tous les Québécois attendent du gouvernement Legault, c’est qu’il propose des plans concrets et qu’il fasse les bons choix. Pas seulement pour se faire réélire lors des prochaines élections, mais pour rassurer la population au lendemain d’une crise sanitaire historique et lui offrir les services qu’elle mérite», demande le porte-parole de l’opposition officielle en matière de finances publiques, Carlos J. Leitão.

Les libéraux proposent l’atteinte de la carboneutralité d’ici 2050. Pour ce faire, de l’aide financière serait offerte aux entreprises qui parviendraient à atteindre des cibles de réduction de gaz à effet de serre.

L’augmentation des cibles d’immigration pour lutter contre la pénurie de main-d’œuvre serait nécessaire, de même qu’un plan détaillé pour offrir un plus grand nombre de logements sociaux.

Jeudi, le ministre des Finances Éric Girard présentera un mini-budget dans lequel seront présentées des mesures pour lutter contre la pénurie de main-d’œuvre et la hausse du coût de la vie au Québec. Lors du dernier budget, le déficit de l’État s’évaluait à 15 milliards de dollars, alors que la CAQ souhaite atteindre l’équilibre budgétaire dès 2028.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet