Actualités

CHSLD: McCann nie avoir menti devant la coroner

La ministre de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann. Photo: Josie Desmarais/Journal Métro

L’ex-ministre de la Santé Danielle McCann assure avoir livré la vérité durant les audiences de la coroner. Mme McCann a déclaré que son gouvernement avait demandé au réseau de la santé, incluant les CHSLD, «de se mettre en action dès janvier 2020». Dans son rapport déposé hier, la Protectrice du citoyen expliquait pourtant que le gouvernement n’avait pris aucune action concrète concernant les CHSLD avant mars 2020.

«Ce qui est véhiculé à mon égard dans l’espace public, ça me préoccupe beaucoup. Alors, je suis ici aujourd’hui pour rectifier certains faits», a dit d’emblée Mme McCann, mercredi. «Avec les informations qu’on avait, on a fait tout ce qu’on a pu.»

C’est avec une lettre datant du 28 janvier que Mme McCann, qui est actuellement ministre de l’Enseignement supérieur, s’est présentée devant les médias à l’Assemblée nationale, mercredi. Cette lettre atteste qu’on a bel et bien demandé aux PDG des CIUSSS de se préparer pour faire face à une éventuelle pandémie. On n’y retrouve toutefois pas les mots «milieux de vie pour aînés», ni «CHSLD».

Le Québec a opté pour une approche «hospitalocentriste», dénonce la protectrice du citoyen, Marie Rinfret. La planification de la crise a été basée sur l’Italie, où les hôpitaux débordaient. Or, dans cette optique, des patients ont été déplacés des hôpitaux vers les CHSLD, et aucun plan concret n’a été développé dans les milieux de vie pour aînés.

Danielle McCann n’a pas nié que la situation trouble en Italie a influencé la gestion de son ministère, qui s’est concentré sur les hôpitaux plutôt que sur les CHSLD. «On voyait l’Italie; c’était dans les hôpitaux, le problème. Le personnel soignant était rendu à choisir quel patient intuber et quel patient laisser sans soins», a-t-elle rappelé.

Mensonges allégués

«Mme McCann, ce qu’elle a dit, c’est faux. Le gouvernement a menti, Mme McCann a menti», a fustigé la cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ), Dominique Anglade, devant les médias mercredi.

François Legault estimait qu’il aurait été «impossible» pour son gouvernement de prévoir l’hécatombe dans les CHSLD, un commentaire que Mme Anglade qualifie d’«absurde». «Il aurait pu consulter ses experts sur le terrain, parce que même le Dr Arruda disait que les personnes aînées étaient particulièrement vulnérables», a-t-elle rappelé.

Au Salon bleu, la CAQ a refusé la demande du PLQ, qui souhaitait que le premier ministre témoigne devant la coroner Géhane Kamel. Le gouvernement estime qu’il n’est pas de son ressort de décider qui se rendra devant la coroner, mais que si elle en fait la demande, François Legault collaborera.

Aînés oubliés

Comme le PLQ, le Parti québécois demande que les membres du gouvernement témoignent à nouveau devant la coroner, et que le premier ministre fasse partie des auditions cette fois.

Le rapport de la protectrice du citoyen «est venu, en fait, confirmer ce qu’on savait déjà. L’angle mort de la Coalition avenir Québec puis du gouvernement, ça a été les aînés», s’est désolée la députée péquiste Lorraine Richard.

Qualifiant de «troublantes» et d’«inquiétantes» les contradictions entre les propos de Danielle McCann et le rapport de la protectrice du citoyen, Québec solidaire demande la tenue d’une enquête indépendante sur la gestion des CHSLD lors de la première vague de la pandémie. «On est à l’étape de régler les problèmes. Le plus important, c’est pas de faire une douzième enquête», a commenté François Legault lors d’un point de presse, mardi.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet