Actualités

TLMEP: Éric Duhaime veut «mettre de l’eau dans le vin» du PCQ

Éric Duhaime, chef du Parti conservateur du Québec, lors de son passage à l'émission Tout le monde en parle
Le chef du Parti conservateur du Québec, Éric Duhaime. Photo: Capture d'écran - Radio-Canada

Le chef du Parti conservateur du Québec, Éric Duhaime, veut «mettre de l’eau dans son vin» pour rassembler davantage de Québécois, a-t-il expliqué à l’émission Tout le monde en parle (TLMEP), dimanche soir.

Le chef conservateur a déjà en tête la date des élections générales québécoises du 3 octobre 2022. D’ici là, il souhaite se départir de l’image d’un homme politique soutenu par la droite radicale.

«Quand tu arrives en politique, à un moment donné, tu dois mettre de l’eau dans ton vin. Pas dans le sens que tu vas diluer tes idées, je vais toujours avoir les idées et un fil conducteur. Cela étant dit, moi, je veux être le premier ministre de tous les Québécois. Il faut réussir à unir et rassembler les Québécois, et c’est ce qu’il nous a manqué depuis deux ans. On a manqué de dialogue et de débat», soutient Éric Duhaime.

«Quand on entre dans un parti politique, ce n’est pas une religion. Il peut y avoir une diversité d’opinions et je respecte ça», a-t-il ajouté.

Présent sur le plateau de TLMEP, le cotitulaire de la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents, David Morin, a questionné Éric Duhaime sur le fort soutien qu’il obtient de l’extrême droite. Le principal intéressé s’est défendu en expliquant qu’il fallait différencier le Canada du Québec, et que dans les manifestations à Québec, il n’y avait rien de radical.

Il considère d’ailleurs que sa place n’est pas d’être au milieu des manifestations, contrairement à ce que fait le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier. «Mon rôle, c’est d’être à l’intérieur de l’Assemblée nationale, c’est pas organisateur de manifs. Mon rôle, c’est d’être une courroie de transmission.»

La pandémie avec Éric Duhaime

Éric Duhaime s’est montré critique de la gestion de la pandémie par le gouvernement de François Legault.

Au sujet de la gestion de la pandémie qu’il aurait privilégiée, Éric Duhaime indique qu’il n’y aurait pas eu de mesures sanitaires avec un gouvernement du PCQ. Il se serait limité à vouloir faire confiance à l’intelligence des Québécois et à protéger les plus vulnérables. Pour la situation dans les hôpitaux en décembre 2021 due à l’arrivée du variant Omicron, celui-ci aurait «décentralisé le système de santé et utilisé le privé».

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet