Soutenez

Agences privées en santé : «une cannibalisation de notre force de travail»

Photo: Josie Desmarais, Métro

En plus de nous coûter «une fortune», la présence du privé en santé «devrait nous inquiéter», prévient Paul St-Pierre Plamondon. Le chef du Parti québécois affirme en avoir parlé au premier ministre lors de leur rencontre mardi, à Montréal.

Il s’agit pour lui d’une «cannibalisation de notre force de travail dans le réseau», responsable des problèmes de main-d’œuvre de celui-ci.

La vraie priorité devrait être de ramener les soignantes dans notre réseau public, considère pour sa part le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois. Selon lui, «la chaloupe fuit de partout et François Legault veut faire plus de trous» en finançant le privé.

«Des sit-ins, des ultimatums de démission, des urgences fermées, c’est des symptômes qu’on ne peut pas ignorer». Gabriel Nadeau-Dubois presse le gouvernement d’abandonner «les minis-hôpitaux privés de Éric Duhaime et de casser le cercle vicieux des agences privées de placement». Québec solidaire collaborerait avec la CAQ si un projet de loi était déposé pour serrer la vis au privé.

Tous les chefs des partis d’opposition ont rencontré le premier ministre François Legault à l’aube de la reprise des activités parlementaires à Québec.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.