Montréal
12:24 9 avril 2019

«Nettoyage ethnique»: Ensemble Montréal réclame des excuses du maire d’Hampstead

«Nettoyage ethnique»: Ensemble Montréal réclame des excuses du maire d’Hampstead
Photo: La Presse canadienneLe maire d'Hampstead, William Steinberg

À son tour, l’opposition officielle à la Ville de Montréal réclame des excuses du maire d’Hampstead, William Steinberg, qui avait affirmé la semaine dernière que le projet de loi 21 sur la laïcité de l’État était une forme de «nettoyage ethnique».

«On est scandalisé par ces propos totalement inacceptables et odieux dans une société démocratique comme la nôtre, a martelé le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez, lors d’une mêlée de presse. Quand on parle de nettoyage ethnique, on évoque des meurtres, des tueries, et ça n’a pas sa place ici. Moi, je suis contre [le projet de loi 21], mais jamais je ne vais utiliser des propos aussi incendiaires.»

L’élu montréalais affirme qu’il ne participera pas à la manifestation contre le projet de loi 21 prévue ce dimanche si M. Steinberg est toujours l’un des organisateurs, l’invitant d’ici là à «s’excuser de manière formelle, sans équivoque». «S’il refuse de le faire, je pense qu’il doit réfléchir à son avenir», a-t-il ajouté.

La semaine dernière, le ministre de l’Immigration Simon Jolin-Barrette avait lui aussi condamné ces propos, invitant le maire d’Hampstead à «faire part de sa divergence d’opinion dans le respect». «Des propos comme ceux-ci ne sont pas acceptables dans un débat», avait-il ajouté.

«Je suis d’accord avec le ministre sur ce point-là», a souligné Lionel Perez, ajoutant que «les propos que le maire Steinberg a tenus plus tard pour tenter de s’expliquer ne sont pas satisfaisants».

«Tout ça peut mener à un dérapage. En physique, on dit souvent que pour chaque action, il y a réaction opposée de force égale. C’est dangereux, ça donne l’ouverture à d’autres personnes, de l’autre côté, d’utiliser des propos extrémistes.» – Lionel Perez, chef de l’opposition

Le chef de l’opposition s’est dit déçu que le débat soit pollué par ce genre de propos. «Ce n’est pas à l’avantage de la cause pour ceux qui, comme moi, sont contre le projet de loi», a-t-il déclaré.

Une plainte pourrait par ailleurs être déposée prochainement à la Commission municipale du Québec (CMQ) pour les propos du maire William Steinberg. Un citoyen montréalais, Jean-François Racine, a interpellé lundi la présidente du conseil d’agglomération de Montréal, Manon Barbe, lui demandant d’intervenir auprès de la CMQ. Mme Barbe a refusé l’invitation, affirmant que cela n’est pas son rôle.

Le mois dernier, la présidente du conseil municipal Cathy Wong avait formellement déposé une plainte après que la conseillère d’Anjou Lynne Shand ait tenu des propos jugés discriminatoires et islamophobes sur les réseaux sociaux.

«On va suivre le processus de plainte de près. Chose certaine, c’est vraiment malheureux que des élus parlent de cette façon. En tant qu’individus qui ont une autorité morale, ils doivent faire preuve de modération», a laissé tomber M. Perez.

Lundi, à Ottawa, la députée du Bloc québécois Monique Pauzé a réclamé une «mise au point» formelle de son homologue libéral Anthony Housefather, le député fédéral de Mont-Royal, qui était présent lorsque le maire de Hampstead a fait cette déclaration.

«C’est une tentative de faire partir ceux qui pratiquent des religions minoritaires, ne laissant que des non-croyants et des chrétiens au Québec. C’est du nettoyage ethnique – pas avec un fusil, mais avec une loi. C’est raciste et c’est ignoble», avait déclaré le 5 avril William Steinberg, provoquant un profond malaise chez ses collègues qui étaient à ses côtés.