Montréal

Des contrats de déneigement accordés sans barres latérales sur les camions

Des contrats de déneigement accordés sans barres latérales sur les camions
Photo: Pablo Ortiz/Archives MétroDéneigement

Plusieurs contrats de déneigement octroyés lundi soir par la Ville de Montréal ne prévoient toujours pas la présence de barres latérales sur les camions. Les élus de Projet Montréal «manquent à leur parole», déplore l’opposition officielle.

La Ville s’est engagée à inclure l’obligation que les poids lourds disposent de barres latérales dans ses appels d’offres «dès le premier trimestre» de 2019. La mairesse Valérie Plante avait soulevé cette idée en janvier 2017, alors qu’elle était chef de l’opposition. Elle voulait ainsi augmenter la sécurité des piétons et des cyclistes.

Les barres latérales, aussi appelées «jupettes», empêchent le cycliste ou le piéton de passer sous le camion lors d’un accident. Cela tend à éviter les décès.

La Ville de Montréal a commencé à les installer sur ses propres camions en 2014, après le décès tristement célèbre de Mathilde Blais.

Aucune obligation

Or, lundi, l’administration Plante a octroyé plusieurs contrats de déneigement de la chaussée et des trottoirs, totalisant plus de 44 M$, sans qu’aucune obligation en ce sens ne soit prévue. Les appels d’offres ont été lancés en mai et en juin derniers.

«Pourquoi est-ce que la mairesse n’a pas suivi sa parole?», s’est demandé le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez, lors d’un point de presse à l’hôtel de ville. 

«Les barres latérales, on va les mettre en place. On s’est engagé. Je vous le garantis. On travaille présentement avec les services pour s’assurer de les installer [sur les camions]», a assuré le responsable des services aux citoyens, Jean-François Parenteau, lorsque questionné par M. Perez en séance du conseil municipal. 

En octobre 2018, Ensemble Montréal a présenté une motion réclamant que tous les appels d’offres de la Ville qui impliquent des véhicules lourds exigent la présence de barres latérales sur les camions. Le parti l’a ensuite retirée parce que l’administration de Valérie Plante avait voulu «trop la diluer», a souligné M. Perez.

«Quand ils sont dans l’eau chaude, ils font des promesses. Et quand ils ne les respectent pas, ils trouvent des excuses et accusent les autres.» -Lionel Perez, chef d’Ensemble Montréal

Vision Zéro

Le plan d’action Vision Zéro, présenté en mars dernier, prévoit d’ailleurs d’exiger, dès cette année, que les véhicules lourds qui répondent aux appels d’offres de la Ville «s’équipent de barres de protection latérales et de miroirs antéviseurs».

«On sait qu’il y a beaucoup de décès, beaucoup d’accidents [impliquant des véhicules lourds]. C’est un élément élémentaire pour la sécurité», a martelé M. Perez.