Montréal

Élections: la chambre de commerce veut des solutions à la pénurie de main-d’oeuvre

Élections: la chambre de commerce veut des solutions à la pénurie de main-d’oeuvre
Photo: Josie Desmarais/MétroLe centre-ville de Montréal

Alors que la campagne électorale se profile à l’horizon, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) a fait connaître jeudi 13 demandes électorales individuelles au futur gouvernement. Parmi celles-ci, un meilleur plan d’action pour lutter contre la pénurie de main-d’oeuvre et des plans d’infrastructures sur l’Île de Montréal.

«L’économie de la métropole va bien», a convenu le président et chef de la direction de la CCMM, Michel Leblanc. C’est toutefois le manque de main-d’oeuvre récemment enregistré au Québec qui «représente le principal frein à la croissance des entreprises de la métropole», selon l’homme d’affaires.

«C’est clair que c’est le premier enjeu auquel les gens d’affaires font face. Ils cherchent des individus, a souligné M. Leblanc lorsque contacté par Métro. On vise beaucoup le gouvernement du Québec présentement dans nos représentations. Mais le gouvernement fédéral détient un levier important: les travailleurs étrangers temporaires.»

Pour solutionner directement la pénurie, le gouvernement aura justement avantage à mieux intégrer les travailleurs temporaires, selon la Chambre.

«[Il faut] renforcer, de concert avec les provinces, les mesures qui facilitent la transition du statut temporaire au statut permanent», poursuit-on dans un communiqué émis jeudi.

Actuellement, plusieurs entrepreneurs sont forcés d’attendre plus de cent jours pour accéder à ce bassin. Au début du mois de juin, le nombre de demandes pour ces travailleurs avait monté de près de 25% par rapport à l’an dernier.

«Le fait que l’immigration soit une responsabilité partagée au Québec, ça crée des situations où c’est plus long. Et ça ne devrait pas être le cas.» – Michel Leblanc, président et chef de la direction de la CCMM

Des projets de taille

Pour générer des offres d’emploi, la CCMM plaide pour un investissement chiffré du futur gouvernement dans quatre projets d’infrastructure majeurs du Grand Montréal.

«L’Est, c’est la grande zone sur notre territoire qui a besoin de passer à la grande vitesse, a constaté M. Leblanc. Ce qu’on veut c’est que le prochain gouvernement fédéral soit de la partie.»

La construction d’un «train à grande fréquence» de Québec à Windsor doit être étudiée, plaide la CCMM. On soulève aussi la possibilité pour des partenaires privés d’accéder à 20% du capital des aéroports canadiens.

Le Port de Montréal devra également obtenir le «financement requis pour réaliser le déploiement du terminal Contrecœur», demande le groupe.

Finances vertes

La CCMM exige un «retour à l’équilibre budgétaire d’ici les quatre prochaines années», une promesse que «même le Parti conservateur» ne s’est pas engagée à remplir jusqu’à maintenant, rappelle M. Leblanc.

«La réalité, c’est qu’on est en croissance économique forte depuis maintenant dix ans. C’est une anomalie de ne pas avoir procédé jusqu’ici à un rétablissement d’équilibre budgétaire. Ça donne l’impression qu’on va s’autoriser à faire des déficits à perpétuité.» – Michel Leblanc

«On entend parler par exemple d’une volonté fédérale de mettre en place un système de garderie national, illustre l’homme d’affaires. Le gouvernement peut bien penser qu’il le sait plus que les provinces, mais c’est aux provinces de décider de ce genre de programme.»

Pour opérer une transition économique efficace, le CCMM ajoute deux demandes en faveur d’une économie verte.

Selon le groupe, il convient de «maintenir un système de tarification des émissions de CO2». On appelle aussi à faire grimper «le soutien aux entreprises qui œuvrent dans le secteur des technologies vertes».

D’autres demandes de la CCMM:

  • Améliorer les investissements dans la technologie de téléphonie haute vitesse 5G
  • Faire tomber les barrières aux échanges entre les diverses provinces
  • Prélever des taxes de vente sur les produits provenant de services internet, dont les contenus numériques