Montréal

Les pannes pourraient durer jusqu’à mardi dans certaines régions

Les pannes pourraient durer jusqu’à mardi dans certaines régions
Photo: Pascal Marchand/Cités NouvellesLa tempête automnale a causé des dégâts dans plusieurs régions du Québec, dont l’Ouest-de-l’Île.

Plus de 470 000 clients d’Hydro-Québec demeuraient toujours sans électricité samedi avant-midi. Bien que 1000 employés de la Société d’État soient à pied d’oeuvre pour rétablir le service, les pannes pourraient se poursuivre jusqu’à mardi dans certaines régions du Québec.

«Notre objectif est de pouvoir rebrancher le plus grand nombre de clients dans les meilleurs délais. La moitié des abonnés touchés ont déjà été rebranchés», souligne Louis-Olivier Batty, porte-parole à Hydro-Québec. Leur nombre est passé de plus de 950 000 vendredi à 425 000 samedi midi.

La situation s’est majoritairement améliorée à Montréal, malgré les quelque 14 000 foyers toujours privés d’électricité. En revanche, les abonnés situés dans les Chaudière-Appalaches, les Laurentides, la Montérégie, la Mauricie et la Capitale-Nationale devront maintenir leur patience. La tempête automnale a causé des dégâts plus importants dans ces régions et les pannes pourraient durer encore quelques jours.

«Si les gens ont de la famille ou des amis qui ont de l’électricité, ça vaut la peine d’y aller le temps que le courant revienne», fait valoir Louis-Olivier Batty en précisant que le retour à l’ordre est prévu pour maximum mardi.

D’ailleurs, le porte-parole n’hésite pas à parler d’une «situation exceptionnelle», bien que les vents forts ne soient pas inhabituels en automne.

«Ce qui est surtout exceptionnel, c’est le nombre de clients touchés. Lors de la crise du verglas en 1998, il y avait 1,4 million de clients privés d’électricité et hier on en comptait 950 000», s’étonne-t-il.

Les délais imposés avant le retour du courant s’expliquent par le fait que les vents et la pluie ont déferlé sur un très large territoire, de l’Outaouais jusqu’au Bas-Saint-Laurent en passant par le bord du fleuve.

Vaincre les pannes avec prudence

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec a notamment lancé un appel à la prudence face aux intoxications au monoxyde de carbone. Ce gaz toxique «qui ne se voit pas et ne se sent pas» se dégage lorsque des appareils et des véhicules brûlent un combustible comme l’essence, le propane, le bois et le mazout.

«Nous avons déjà vu des gens amener leur BBQ dans leur maison. Il ne faut absolument pas faire ça», signale Louis-Olivier Batty.

Si vous utilisez une génératrice, il est suggéré de l’installer à l’extérieur du domicile et du garage ainsi que de la mettre le plus loin possible des portes et des fenêtres.

Le porte-parole d’Hydro-Québec demande également aux citoyens de ne pas prendre l’initiative d’enlever eux-mêmes les objets qui se seraient pris dans les fils électriques lors de la tempête puisque les lignes peuvent être encore sous tension. Il suggère d’appeler les services de sécurité incendie pour faire sécuriser la zone.