Montréal

«Guérir du mal de l’infini»: la décroissance comme alternative au capitalisme

«Guérir du mal de l’infini»: la décroissance comme alternative au capitalisme
Photo: Zacharie Goudreault/ MétroLe professeur agrégé au département de management à HEC Montréal, Yves-Marie Abraham.

Alors que les changements climatiques préoccupent plus que jamais, un professeur à HEC Montréal publie un condensé des idées derrière le mouvement de la décroissance, une alternative au capitalisme qui gagne en popularité au Québec.

Dès aujourd’hui, l’ouvrage «Guérir du mal de l’infini» fera son apparition sur les tablettes des librairies de la métropole. Ce livre se veut une critique de la croissance économique, qui contribuerait tant à la destruction de l’environnement qu’à creuser les inégalités sociales.

«Ce qui est important, c’est de voir diminuer la place de l’économie dans notre société. En ce moment, elle y occupe une place centrale, presque sacrée», soulève en entrevue à Métro le professeur agrégé au département de management à HEC Montréal, Yves-Marie Abraham.

Depuis 2013, ce dernier donne un cours de deuxième cycle sur le mouvement de la décroissance soutenable. Il est d’ailleurs le premier professeur de la province à avoir créé un cours universitaire dédié uniquement à ce mouvement. Celui-ci fait la promotion d’une décroissance progressive de l’économie comme on la connait aujourd’hui.

«Le risque qui existe, c’est qu’on connaisse une décroissance involontaire en raison de la pénurie de ressources. C’est ce qu’on veut éviter.» -Yves-Marie Abraham

Intérêt grandissant

L’idée n’est pas nouvelle. Déjà, en 2007, le Mouvement québécois pour une décroissance conviviale était créé au Québec. Si ce regroupement s’est depuis essoufflé, l’intérêt pour cette critique du capitalisme se fait grandissante. Yves-Marie Abraham est d’ailleurs de plus en plus appelé à donner des conférences à cet effet, tout comme d’autres professeurs.

Même le milieu des affaires semble de moins en moins marginaliser ce mouvement. En juin dernier, M. Abraham a été invité par la Caisse de dépôt et placement du Québec à donner une conférence auprès de trois autres experts sur le mouvement de la décroissance dans le cadre du Forum économique international des Amériques. L’événement a eu lieu au centre-ville de Montréal.

«On sentait que même ces gens qui sont au coeur du système [capitaliste] avaient aussi des doutes. Ils ne sont plus dans une adhésion brutale au capitalisme», constate M. Abraham.

Le mouvement de la décroissance continue toutefois d’attirer de vives critiques.

«C’est une immense utopie», martèle le professeur Germain Belzile, qui est maître d’économie appliquée au sein du même établissement universitaire. Selon lui, si cette «vision» est mise en place, «vous devrez dire adieu à votre confort». 

La fin des entreprises

Une transition vers la décroissance impliquerait nécessairement des changements dans les habitudes des citoyens, reconnaît M. Abraham, qui préfère donner des conférences au Québec pour éviter de prendre l’avion.

L’usage d’une voiture par une seule personne serait alors «extrêmement marginalisée» et les citoyens seraient appelés à prioriser la consommation de produits locaux plutôt que ceux importés de l’étranger.

«On perdrait sur certains plans, mais on gagnerait sur d’autres», estime le professeur. Ainsi, en contrepartie de moins de confort, les citoyens auraient moins besoin de travailler pour financer leur rythme de vie. Il pourrait alors passer plus de temps de qualité avec leurs proches tout en vivant moins d’anxiété reliée au travail.

L’application de ce mouvement signifierait aussi la fin des entreprises, souligne l’ouvrage. Celles-ci seraient alors remplacées par des «communs», soit des coopératives de citoyens qui s’organisent entre eux pour subvenir à leurs besoins élémentaires. 

Déjà, à Montréal, certaines initiatives qui entrent dans cette mouvance ont vu le jour. C’est notamment le cas du Bâtiment 7. Grâce à la mobilisation de citoyens de Pointe-Saint-Charles, l’édifice, qui était voué en 2005 à devenir un casino, a plutôt pris la forme d’un bâtiment qui offre de multiples services aux citoyens.

«Ça ne me paraît pas inimaginable de gagner du terrain avec des initiatives comme celle-là», lance M. Abraham, optimiste.

Radicalisation

À la fin du mois de septembre, plusieurs centaines de milliers de personnes ont pris part à une grande marche pour le climat dans les rues de la métropole en compagnie de la militante suédoise Greta Thunberg. Or, il faudra plus pour forcer les gouvernements à protéger l’environnement, estime Yves-Marie Abraham .

«Je pense qu’on ira très probablement dans certains cas vers des affrontements plus physiques», prévoit le professeur, qui envisage une «certaine forme de radicalisation de la part des jeunes».