Montréal
12:55 11 novembre 2019 | mise à jour le: 11 novembre 2019 à 16:02 temps de lecture: 4 minutes

STM: un premier bus électrique «à grande autonomie» arrive à Montréal

STM: un premier bus électrique «à grande autonomie» arrive à Montréal
Photo: Josie Desmarais | MétroUn bus électrique de la STM.

La Société de transport de Montréal (STM) a reçu lundi le premier de ses 30 nouveaux bus électriques «à grande autonomie» du fournisseur New Flyer. Ce nouveau prototype à recharge lente, qui est entreposé au Centre de transport Stinson, sera mis à l’épreuve dans les rues de Montréal jusqu’au printemps. Mais il ne pourra pas embarquer de passagers tout de suite, par mesure de sécurité.

«Notre bus va faire les mêmes arrêts qu’un bus en service, va ouvrir et fermer ses portes, mais les clients ne pourront y entrer que dans quelques mois, lorsque tous les tests seront terminés», explique à Métro le porte-parole de la STM, Philippe Déry.

L’objectif serait «d’instrumenter» le véhicule, c’est-à-dire de lui installer toutes sortes de dispositifs d’équipements pour mesurer sa performance en temps réel.

La charge de la batterie, l’accélération et le freinage en conditions hivernales, ou encore la consommation d’énergie, seront évalués.

«On met des sacs de sable pour simuler un achalandage et on monte à 30% de capacité, puis 50%, 80% et 100%, toujours en évaluant cette performance. Tout va être fait pour qu’une fois que ce sera mis en service, la transition se fasse en douceur», illustre M. Déry.

250 km

L’autonomie des bus est évaluée à environ 250 kilomètres par le fournisseur. Des rails installées sur le toit du véhicule lui permettent toutefois de se recharger alors qu’il est en route, ou encore entre deux trajets, au centre de transport.

«On a pour objectif d’acquérir seulement des bus électriques à l’horizon 2025 et la transition est bien entamée. Au courant de 2020, 38 véhicules de différents types et utilisant différents modes de recharge seront mis en service. Notre virage électrique est donc bien concret.» – Luc Tremblay, directeur général de la STM.

Appelée à réagir, l’attachée de presse au cabinet de la mairesse de Montréal, Geneviève Jutras, a qualifié l’arrivée de ce premier bus d’«excellente nouvelle».

«Dès son entrée officielle en fonction, il s’ajoutera aux 300 bus hybrides commandées par notre administration pour offrir plus de mobilité aux Montréalais», a-t-elle assuré.

D’autres commandes pour la STM

La société de transport envisage d’avoir terminé cette phase de «rodage» d’ici le début de l’été. En juin, les 29 autres bus électriques de la STM devraient donc graduellement être commandés puis livrés. «On s’attend à tout avoir reçu pour le mois d’octobre», ajoute le responsable.

Rappelons que la Société de transport de Laval (STL), qui a aussi acquis 10 de ces autobus électriques, avait dévoilé en août le premier autobus de sa ligne «100% électrique» qui sera mise en service l’an prochain, espère l’administration du maire Marc Demers.

Les 40 autocars de Montréal et de Laval, qui font 40 pieds de longueur, représentent la plus importante commande ferme d’autobus électriques au Canada.

Québec investira de son côté plusieurs millions de dollars dans l’acquisition de ces autobus. À la STM, le financement du projet devrait être assuré à 85% par le gouvernement Legault.

Le choix de la technologie à recharge lente n’a pas non plus été laissé au hasard. Il souscrit plutôt aux conclusions d’une étude stratégique sur l’électrification des réseaux de transport collectif, qui a été menée par la STL en partenariat avec la STM et l’Association du transport urbain du Québec (ATUQ), l’an dernier.

La STM, qui s’est targuée d’avoir «franchi un pas de plus dans son virage vers l’électrification» des transports lundi, rendra le bus accessible au grand public lors de sa journée «portes ouvertes» au Centre de transport Legendre, le 23 novembre.

Articles similaires