Montréal
03:30 2 décembre 2019 | mise à jour le: 2 décembre 2019 à 18:28 temps de lecture: 3 minutes

La révolution du sourire ne faiblit pas à Montréal

La révolution du sourire ne faiblit pas à Montréal
Photo: Pablo Ortiz/MétroDes Algériens de Montréal se sont rassemblés hier pour la 42e semaine à la Place du Canada pour dénoncer la corruption en Algérie et les élections du 12 décembre.

Des Algériens de Montréal se sont rassemblés hier pour la 41e semaine à la Place du Canada pour dénoncer la corruption en Algérie et les élections du 12 décembre. À plus de 6 000 km de leur patrie, ils se rassemblent pour faire valoir leur parole. Métro a rencontré ces militants de la révolution du sourire.

La date du scrutin présidentiel en Algérie a été officiellement fixée au 12 décembre par le chef de l’État par intérim Abdelkader Bensalah. En avril, le président de 82 ans Abdelaziz Bouteflika avait démissionné de ses fonctions sous la pression de la rue, qui a réaffirmé sa détermination à se débarrasser du «système». Azzedine Mihoubi, Abdelmajid Tebboune, Abdelkader Bengrina, Ali Benflis et Abdelaziz Belaïd sont les cinq candidats à l’élection présidentielle. 

À moins de deux semaines du scrutin, le mouvement de contestation rejette ces élections, qui seraient organisées par un système corrompu. Plusieurs manifestants estiment qu’elles ne sont pas légitimes étant donné que les candidats sont tous liés à l’ancien président Bouteflika.

Alia Farhat est retournée en Algérie cet été pour marcher cinq fois avec les manifestants d’Alger. Arrivée au Canada en 2000, cette informaticienne dit avoir vu des camarades égorgés, emprisonnés et tués. Elle pense que c’est par la paix et le sourire que l’Algérie pourra surprendre le monde. 

«Aujourd’hui, les cerveaux algériens ont quitté le pays. Un pays dont on enlève les cerveaux et l’élite est un pays condamné à rester entre les mains de cette mafia qui tue en direct», a-t-elle confié à Métro, réclamant aussi que le gouvernement libère les détenus.

Kamel Mokfeti, lui aussi impliqué dans les manifestations, affirme que «le sytème doit tomber». 

Selon Karima Aïnenas, plusieurs médias ne parlent pas de la corruption des élections. «Les élections concoctées pour le 12 décembre 2019 vont servir à régénérer un système rejeté par un peuple», dit la Montréalaise, qui compte manifester quotidiennement jusqu’au 12 décembre. D’après elle, plusieurs chaînes prorévolution, dont AMAL TV et El Magharibia TV, ont été censurées en Algérie.

Les manifestants organiseront une chaîne humaine devant le consulat de l’Algérie à Montréal et l’ambassade d’Ottawa à partir du jour du vote par anticipation, le 7 décembre, jusqu’au 12 décembre. 

Environ 60 000 Algériens ou Canadiens d’origine algérienne vivent au Québec, selon les chiffres de l’Institut canadien de la statistique.

Articles similaires