Montréal
16:42 15 janvier 2020 | mise à jour le: 15 janvier 2020 à 16:55

Emploi des immigrants: Montréal «en retard», signale Valérie Plante

Emploi des immigrants: Montréal «en retard», signale Valérie Plante
Photo: Josie Desmarais/MétroValérie Plante

Le faible taux d’emploi des immigrants à Montréal inquiète la mairesse Valérie Plante. Selon elle, le «retard» de la métropole pourrait être partiellement réglé avec une meilleure reconnaissance des diplômes et de l’expérience de la part du gouvernement du Québec.

Faisant suite à une promesse qu’elle avait faite au mois de juin, Mme Plante a lancé mardi le programme «Journée Portes fermées», une campagne qui doit «sensibiliser l’industrie montréalaise» au taux de chômage de la population immigrante.

«Si le taux de chômage pour les personnes nées au Québec est de 5,1%, c’est pratiquement le triple pour les personnes issues de l’immigration récente», a observé la mairesse de Montréal, lors du lancement de la campagne au Complexe Desjardins, mercredi.

Selon Mme Plante, Montréal «accuse un retard» par rapport à ses grandes consoeurs canadiennes dans l’intégration sur le marché de l’emploi des nouveaux arrivants.

Appel à Québec

Évoquant un «consensus» sur la question au Québec, la mairesse a profité du lancement de la campagne pour appeler à une meilleure reconnaissance des diplômes chez les immigrants.

Selon les données de la Ville, près de 40% de ces personnes possèdent un diplôme universitaire du premier cycle.

«L’autre élément aussi, c’est la reconnaissance de l’expérience», a ajouté Mme Plante.

«Ça se balise plus ou moins, mais il faut avoir une réflexion critique en tant qu’employeur pour mieux cerner ce potentiel», a-t-elle proposé.

Rôle des grands employeurs

La «Journée Portes fermées» a justement pour objectif d’inviter les employeurs de la métropole québécoise à se débarrasser de leurs «biais» dans l’embauche des personnes immigrantes.

Pour ce faire, la Ville a créé un Cercle montréalais des employeurs, qui doit servir d’exemple dans le recrutement des Montréalais issus de l’étranger. Plus d’une dizaine d’entreprises s’y sont joint jusqu’à maintenant.

«Comme employeur, on peut faire en sorte que l’inclusion et la diversité sont mises tout en haut de la liste», a avancé la mairesse.

«Si chaque Montréalais fait simplement un geste pour faciliter cette intégration dans le quotidien, ça va ouvrir davantage de portes.» – Shahir Guindi, avocat derrière la campagne montréalaise

L’ensemble des fonds utilisés pour la «Journée Portes fermées» proviennent d’une enveloppe de 1,6 M$ fournie par le gouvernement du Québec afin de mettre une stratégie plus large.

Montréal veut contribuer

Pour mener par l’exemple, la Ville procédera en 2020 à une révision de ses pratiques d’embauche, a affirmé Mme Plante mercredi. Elle désire aussi «diversifier les effectifs dans les postes de cadres» de la Ville.

«Quand on a fait notre propre évaluation, on a réalisé que beaucoup de gens issus de la diversité se joignent à nous. Mais quand on monte dans la hiérarchie, c’est moins représentatif», a soutenu la mairesse.

Articles similaires