Montréal
16:12 16 janvier 2020 | mise à jour le: 16 janvier 2020 à 16:12

Consultations prébudgétaires: la CCMM toujours «préoccupée» par le déficit canadien

Consultations prébudgétaires: la CCMM toujours «préoccupée» par le déficit canadien
Photo: Mario Beauregard/Metro

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) s’inquiète toujours du déficit et de «l’absence de tout plan de retour à l’équilibre budgétaire» au Canada. Invité à se prononcer lors des consultations prébudgétaires du ministre des Finances, l’organisme a fait mousser jeudi l’implantation d’un plan climatique qui prend en compte la réalité entrepreneuriale.

La CCMM faisait jeudi ses recommandations au ministre des Finances Bill Morneau, à Ottawa. «Malgré la bonne performance de l’économie, le gouvernement doit redoubler de prudence», signale-t-elle d’entrée de jeu dans un communiqué diffusé le jour-même.

Dans sa mise à jour économique de décembre, le gouvernement libéral réélu a confirmé le déficit canadien important. Estimé à plus de 26 G$, il ne diminuerait que de moitié dans les cinq prochaines années.

Dans ce contexte, le président et chef de la direction de la CCMM, Michel Leblanc, s’inquiète d’un tel déficit récurrent.

«À un moment donné, la récession va arriver, les dépenses vont augmenter. Quand on va vouloir rétablir un certain équilibre, ça va être très difficile. Si on a trouvé que l’austérité au Québec a été dure, ça va être encore pire au fédéral.» – Michel Leblanc

Investir en environnement

Pour redresser l’économie nationale, le conglomérat économique a déposé mardi un mémoire comptant quatre recommandations principales pour Ottawa.

La CCMM appelle notamment à des investissements en lutte aux changements climatiques. Selon elle, l’atteinte des cibles de réduction des gaz à effets de serre (GES) passera par des déboursements majeurs.

«Nous insistons sur la nécessité d’assurer un financement durable du transport collectif, en plus d’un soutien continu et ciblé à l’électrification», affirme M. Leblanc.

La Chambre insiste entre autres sur la concrétisation du train à grande fréquence entre Québec et Toronto, «un projet hautement structurant pour l’économie», avance-t-on.

Pour M. Leblanc, les bases financières sont là. «La tarification du carbone est un moyen reconnu. D’où l’importance pour le gouvernement du Canada d’assurer une tarification efficace et équitable du carbone à travers le pays», propose-t-il.

Afin de ne pas laisser l’industrie à elle même, la CCMM évoque aussi l’implantation d’incitatifs de réduction des GES.

À Montréal

Comme il l’avait fait en campagne électorale, l’organisme insiste aussi pour que le gouvernement porte son attention sur l’Est de l’île de Montréal.

«Le gouvernement doit s’engager dans le développement de l’Est de Montréal et financer la décontamination et la requalification de ce secteur», avance M. Leblanc.

En août, la Chambre avait appelé à des investissements de 350 M$ pour ce secteur. Elle réitère ce montant.

«Les montants sont énormes, mais c’est clair que tout l’Est de Montréal a des terrains qui pourraient donner lieu à un redéploiement de croissance économique très, très, très fort», lance Michel Leblanc.

Autres priorités

Préoccupée par le phénomène de la rareté de la main d’oeuvre, la CCMM profite aussi du dépôt de son mémoire pour demander une hausse des seuils d’immigration.

«Nous insistons sur l’importance d’augmenter le nombre de travailleurs étrangers temporaires admis au pays», ajoute-t-on.

Une bonification des échanges commerciaux entre provinces canadiennes devra aussi être menée, croit la CCMM.

Articles similaires