Montréal
14:32 28 janvier 2020 | mise à jour le: 28 janvier 2020 à 14:55 temps de lecture: 4 minutes

Trottinettes électriques: Montréal promet d’autres changements au règlement

Trottinettes électriques: Montréal promet d’autres changements au règlement
Photo: Zacharie Goudreault/MétroLes trottinettes électriques de Lime pèsent environ 15 kg.

Alors que Montréal doit présenter sous peu son rapport d’évaluation des trottinettes électriques dans la métropole, l’administration Plante a promis mardi d’apporter des changements au règlement entourant la libre-circulation des engins de Lime et de Bird dans la métropole.

«Il y aura un bilan et une évolution réglementaire», a indiqué le responsable de la mobilité au comité exécutif, Éric Alan Caldwell, lors d’une mêlée de presse.

Selon lui, la Ville doit d’abord rassembler l’ensemble des données probantes avant de se prononcer davantage.

«On s’entend tous pour dire que c’était une année de projet-pilote. Il faut savoir faire une évaluation claire et lucide de ce projet. On a des données qui sont en train d’être compilées. […] Par la suite, on adapte le règlement.» -Éric Alan Caldwell, responsable de la mobilité

Le rapport en question sera présenté d’ici le prochain conseil municipal, qui doit se tenir en février. Des données du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) sur les infractions commises et le nombre d’accidents devraient y être inclues.

En septembre déjà, l’administration Plante adopté certains changements à son règlement pour y intégrer des amendes de 50$ aux clients ayant mal stationné leurs trottinettes électriques. Des frais de 100$ doivent depuis être payés par l’opérateur si l’usager fautif n’est pas sur place, au moment de l’infraction.

Un débat sur l’interdiction des trottinettes électriques reporté

Mardi, la Ville a choisi de reporter l’étude d’une motion de l’opposition officielle qui lui demandait de ne pas renouveler le projet-pilote des trottinettes électriques en 2020. Celui-ci s’est révélé «non concluant» pour plusieurs raisons, dit Ensemble Montréal.

«Il n’y a pas de modèle dans le monde qui fonctionne encore. Il y a beaucoup plus de villes qui retirent ces trottinettes qu’il y en a qui les ajoutent.» -Lionel Perez, chef de l’opposition officielle

Ce dernier réitère que l’expérience de Lime et de Bird à Montréal cette année «n’a pas fonctionné». «On l’a vu avec toutes les plaintes et tout ce qui a été discuté. Il faut miser sur BIXI plutôt», a-t-il insisté.

«Il faut reprendre le contrôle de nos trottoirs et de nos rues, plaidait également mi-janvier le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa. On l’a tous vu dans nos communautés: ça a été très problématique dans la dernière année.»

Le MTQ à l’écoute, la Ville de Québec en analyse

Si Montréal en gère l’application et demeure le maître d’œuvre du projet-pilote, celui-ci relève toutefois de compétence provinciale. Joint par Métro, le porte-parole au Ministère des Transports du Québec (MTQ), Nicolas Vigneault, rappelle que les entreprises comme Lime et Bird devront aussi transmettre un rapport sur leurs activités.

«Des échanges à ce sujet sont en cours, dit-il. Ces rapports permettront au ministère de s’assurer du bon fonctionnement du projet-pilote et du respect des règles fixées lors de la mise en place du projet.»

Seules Montréal et Westmount participent jusqu’ici au projet-pilote, qui est d’une durée de trois ans. À tout moment, toutefois, les villes peuvent décider de se retirer, selon M. Vigneault. «Ce sont elles qui décident si elles désirent poursuivre l’expérience», assure-t-il.

D’autres municipalités pourraient d’ailleurs s’ajouter au projet-pilote selon lui. La Ville de Québec, par exemple, a indiqué en juin qu’elle étudiait la possibilité d’implanter des trottinettes électriques, en suivant la situation à Montréal de près.

Avec la collaboration de Zacharie Goudreault.

Articles similaires