Montréal
12:20 29 janvier 2020 | mise à jour le: 29 janvier 2020 à 12:31 temps de lecture: 3 minutes

STM: le président du syndicat contestera sa suspension

STM: le président du syndicat contestera sa suspension
Photo: Courtoisie - Jean-François Coutu/CSNLe président du Syndicat du transport de Montréal, Gleason Frenette

Près de 24 heures après l’annonce de sa suspension par la STM, le président du Syndicat du transport de Montréal, Gleason Frenette, déplore l’attitude «provocatrice» de l’employeur. Il dit examiner les «possibles recours légaux» à sa disposition, dont le dépôt de griefs.

M. Frenette reproche entre autres à la STM d’avoir divulgué «des informations personnelles et confidentielles», tirées de son dossier d’employé.

La société de transport, elle, affirme que Gleason Frenette a été suspendu pour motif «d’intimidation». C’est une altercation verbale survenue avec deux gestionnaires, au centre de transport Saint-Denis, qui en serait la cause. Le tout est survenu alors que le syndicat se mobilisait devant les bureaux de l’employeur, sur l’heure du midi, pour faire cesser le recours au privé.

Mardi soir, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) a publié une mise à jour sur ce dossier.

«Deux gestionnaires sont venus confronter les employés qui manifestaient. Une joute verbale est alors survenue entre M. Frenette et un de ces gestionnaires, qui a même initié un contact physique avec le président du syndicat.» -La CSN, dans une déclaration

La suspension est surtout symptomatique du climat malsain qui règne actuellement à l’interne, selon le principal intéressé. «La STM m’a suspendu sans entendre ma version des faits, car la direction a refusé de reporter la rencontre disciplinaire et l’agent syndical mandaté pour me représenter n’était pas disponible à la date indiquée dans la convocation, car il témoignait en arbitrage», explique M. Frenette.

La STM se défendra «si nécessaire»

Appelé à réagir, le porte-parole de la STM, Philippe Déry, a indiqué que la STM «défendra [sa] décision» de suspendre M. Frenette «si nécessaire».

«Comme nous l’avons mentionné cette semaine, la suspension de M. Frenette est liée à un comportement inadéquat et à de l’intimidation envers d’autres employés de la STM et à cet égard, la STM applique une politique de tolérance zéro», réitère le responsable.

Son organisation indique qu’elle ne commentera pas davantage le dossier, «puisqu’il s’agit de régie interne»

La suspension de M. Frenette est effective depuis vendredi dernier.

D’autres organismes s’inquiètent

Au Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM-CSN), Dominique Daigneault abonde dans le même sens.

«La direction méprise les travailleuses et les travailleurs syndiqués et se range systématiquement du côté des gestionnaires en cas de différends. Ça doit cesser rapidement», lance-t-elle.

Même son de cloche pour le vice-président de la Fédération des employés de services publics (FEESP-CSN), Jean-Pierre Bourgault. Il condamne l’attitude hostile de la STM.

«En tant qu’organisme financé en grande partie par des fonds publics, la STM doit rendre des comptes sur sa gestion devant les instances appropriées, conclut le porte-parole. Il est temps que les acteurs politiques exigent de la direction de la STM qu’elle mette fin à cet acharnement envers les travailleurs.»

Articles similaires