Montréal
03:30 30 janvier 2020 | mise à jour le: 29 janvier 2020 à 22:44 temps de lecture: 4 minutes

Outremont: des citoyens dénoncent un déneigement «abusif»

Outremont: des citoyens dénoncent un déneigement «abusif»
Photo: Josie Desmarais/MétroLes opérations de déblaiement et de chargement de la neige coûtent environ 1M$ du centimètre de neige à la Ville.

Des résidents d’Outremont estiment que leur arrondissement a procédé à un déneigement «abusif» cette semaine. Ils déplorent qu’une opération de chargement de la neige ait été décrétée, et ce même si les précipitations étaient loin d’atteindre la barre des dix centimètres.

«Je ne comprends pas. Tout le monde dit que le déneigement coûte super cher, mais on ne semble pas vouloir s’arrêter à Outremont», explique à Métro la citoyenne Catherine Buisson, qui a déposé une plainte formelle à l’arrondissement en la matière.

«Ça laisse songeur quand on sait que la Ville manque d’argent pour tant d’autres dossiers. Ce n’est pas comme si on avait trop de ressources», dit-elle. À ses dires, plusieurs autres résidents de l’arrondissement ont remarqué cette situation. Au point d’en faire part à des élus locaux. «On nous dit qu’il faut quand même ramasser la neige fondue. En gros, on ramasse de l’eau», ironise l’Outremontaise.

«Il faudrait être dans la rue, avec des caméras pour les filmer, tellement c’est ridicule de les voir aller.» -Catherine Buisson, résidente d’Outremont

Un hiver 2019 chaotique

Dans la métropole, l’hiver 2019 avait été marqué par de nombreuses chutes sur les trottoirs et un nombre élevé de plaintes des usagers. Les épisodes fréquents de gel et de dégel avaient engendré une présence abondante de glace dans les rues, compliquant les déplacements quotidiens. C’est précisément cette situation que l’on chercherait à éviter cette année.

Appelé à réagir aux critiques sur le déneigement abusif, Joël Simard-Ménard – le porte-parole au cabinet du maire d’Outremont Philipe Tomlinson –, dit comprendre les préoccupations des citoyens. Mais il assure que son administration ne laisse aucune décision au hasard.

«On a décidé de charger parce qu’on sait que pendant dix jours, il va faire très froid. Ça ne fondera pas et il n’y aura pas d’autres précipitations. On déneige toujours les ruelles, les débarcadères d’école ou d’autobus. Ça fait des gros amoncellements de neige», justifie-t-il.

Une décision inverse, par ailleurs, serait absurde selon lui, le déneigement étant l’un des services les plus essentiels pour une population. «Je pense qu’on n’offre jamais trop de services aux citoyens», note-t-il. Et pour cause: Outremont n’a reçu que trois plaintes pour le déneigement jusqu’ici cette saison. Il s’agit d’un fort contraste avec l’an dernier, alors que l’arrondissement avait reçu des dizaines de plaintes, comme plusieurs autres administrations locales.

«Ça veut dire qu’on fait du bon travail. On va continuer, de notre côté, à offrir le meilleur service possible.» -Joël Simard-Ménard, porte-parole de l’arrondissement d’Outremont

Des changements au règlement

Jusqu’à l’an dernier, c’est la ville-centre qui décrétait l’ensemble des opérations de chargement lorsque les accumulations atteignaient minimalement 10 centimètres. Mais depuis cette année, chaque arrondissement peut effectuer ses propres opérations. À raison de deux fois par hiver, en vertu d’un ajustement que Montréal a apporté à sa politique de déneigement.

L’objectif de cette modification est de donner «plus de flexibilité» aux administrations locales. En considérant que chaque réalité territoriale est distincte. L’administration Plante a aussi acheté des équipements supplémentaires d’épandages d’abrasifs pour les trottoirs.

Hormis le chargement de la neige, «les opérations de déneigement, par exemple le déblaiement de la neige, sont aussi décidées localement par les arrondissements», précise Karla Duval, relationniste à la Ville de Montréal.

Tant en 2018 qu’en 2019, les budgets initialement prévus pour le déneigement ont été dépassés de plusieurs millions de dollars. Cette année, Montréal a budgété une enveloppe de 177,8 M$; en 2018, entre 200 M$ et 225 M$ avaient été dépensés.

Articles similaires