Soutenez

Une cinquième opération de chargement de la neige samedi à Montréal

Photo: TC Media/Isabelle Bergeron

La Ville de Montréal lancera samedi sa cinquième opération de chargement de la neige de la saison, alors que jusqu’à 40 centimètres de neige pourraient s’accumuler au sol d’ici la fin de la journée de vendredi.

Déjà, vendredi, des opérations d’épandage et de déblaiement étaient en cours pour faciliter les déplacements dans la métropole.

«Il y a toujours un défi, mais en même temps, on est confiants et on est prêts, a expliqué jeudi à Métro le porte-parole administratif de la Ville, Philippe Sabourin. Le fait que ça se fasse sur trois jours, sans pluie ni verglas, va nous permettre de tasser la neige au fur et à mesure.»

S’il reconnaît que l’administration municipale a déjà réalisé quatre opérations complètes de chargement – un chiffre plus élevé qu’à la normale – M. Sabourin ne s’inquiète pas outre-mesure pour la suite.

«Notre taux de réserve est encore relativement bas. Dans nos lieux d’élimination de la neige, on atteint à peine 50% de notre capacité de stockage. Ça veut dire qu’on ne manque pas d’espace pour éliminer la neige.» -Philippe Sabourin, porte-parole administratif de la Ville

Rappelons qu’une opération locale avait aussi été lancée dans quelques arrondissements les 26 et 27 janvier.

Tempête à l’horizon

Déjà, vendredi matin, environ 20 centimètres de neige se sont accumulés au sol. Entre 15 et 25 centimètres de neige sont par ailleurs attendus vendredi, selon les prévisions d’Environnement Canada. 

Ainsi, la Ville prévoit qu’un total que 35 à 40 centimètres de neige pourraient seront tombés sur la métropole d’ici la fin de la journée.

Des rafales de vent pouvant aller jusqu’à 60 km/h s’ajouteront à ce cocktail météo. «On risque fortement de devoir composer avec des phénomènes de poudrerie. Les conditions ne seront vraiment pas faciles sur les routes vendredi», a prévenu M. Sabourin.

Pour procéder au déblaiement, chaque arrondissement pourrait par ailleurs interdire le stationnement d’un côté de la rue, sur des rues étroites. «On peut penser à [la rue] de la Visitation, dans Ville-Marie. Nos équipes vont devoir passer plus qu’une fois, ce qui représente un défi additionnel», a indiqué le responsable.

La Ville invite les usagers à utiliser le transport collectif autant que possible, vendredi et samedi, pour laisser la place à ses camions de déneigement. Elle demande aussi aux automobilistes de laisser de l’espace entre le trottoir et leur espace de stationnement, afin de laisser les employés travailler.

Dépassement des budgets?

Fin janvier, alors que la Ville décrétait déjà sa quatrième opération de chargement, la mairesse Valérie Plante avait avoué qu’elle craignait de dépasser les budgets de déneigement, encore une fois cette année.

«Oui, on craint. On craint toujours de dépasser le budget, dans la mesure où, quand on le dépasse, il faut couper ailleurs ou alors réaménager [les dépenses].» – Valérie Plante, mairesse de Montréal

En 2018, entre 200 M$ et 225 M$ avaient été dépensés par la Ville pour le déneigement alors que celle-ci n’avait prévu que 163M$ à son budget. Cette année, Montréal a budgété une enveloppe de 177,8 M$ pour les opérations de déneigement.

«Le bilan réel des coûts pour les opérations en lien avec le déneigement sera connu à la fin de l’année», selon la porte-parole de la Ville, Audrey Gauthier.

Chaque fois, la Ville paie les entrepreneurs en fonction du nombre de mètres cubes de neige chargés. Ainsi, le nombre de chargements réalisé «n’équivaut pas automatiquement à un dépassement de coût», celui-ci étant plutôt «dépendant du volume réellement ramassé», soutient Montréal.

-Avec la collaboration de Zacharie Goudreault

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.