Montréal
15:39 13 mars 2020 | mise à jour le: 13 mars 2020 à 16:26

Coronavirus: BIXI pourrait devancer sa saison pour désengorger le métro

Coronavirus: BIXI pourrait devancer sa saison pour désengorger le métro
Photo: Archives MétroSelon des données révélées cet été, la popularité de BIXI continue de croître malgré l’arrivée à Montréal du service de vélos électriques JUMP.

BIXI Montréal envisage de devancer le début de sa saison, qui est habituellement lancée à la mi-avril, pour désengorger le réseau de métro de Montréal et ainsi limiter la propagation du coronavirus dans les transports en commun. Une décision devrait être prise à ce sujet la semaine prochaine, a appris Métro.

«C’est une possibilité qui nous a été soumise par la Ville. On évalue en ce moment si on a les capacités d’ouvrir plus tôt que prévu. Ça dépend de la température, et surtout de la disponibilité de notre personnel», explique à Métro le porte-parole de l’organisme paramunicipal, Pierre Parent.

L’enjeu «de main-d’œuvre» demeure effectivement délicat, convient le responsable, surtout en ce qui concerne les conditions de travail des salariés.

«La grosse partie de nos employés au soutien routier sont temporaires et travaillent 7 mois par année, donc ils ont des contrats qui commencent et se terminent à des dates précises. Il faut d’abord voir s’il y a de la faisabilité», ajoute-t-il à ce sujet.

Or, comme l’ampleur de la crise de la santé publique entourant le coronavirus appelle à des actions rapides, une décision devrait être prise «au courant de la semaine prochaine», affirme BIXI Montréal.

«C’est certain que si les gens utilisent nos services, ils se promènent dans un environnement plus sécuritaire que dans les transports collectifs, où tout le monde se retrouve collé l’un sur l’autre.» – Pierre Parent, porte-parole de BIXI Montréal

De manière générale, les rues de la métropole sont nettoyées pour le printemps à partir de la mi-avril. Un début prématuré de la saison des vélos en libre-service (VLS) impliquerait donc des mesures supplémentaires à la ville-centre, pour assurer la sécurité des usagers. Tout dépendrait du nombre de stations installées en avance, et de la quantité de vélos mis en circulation.

Une idée intéressante

Pour le président de Trajectoire Québec, François Pepin, l’idée de devancer la saison de BIXI est très intéressante. «Plus il y a d’options de mobilité pour les gens, mieux c’est. C’est un peu comme les horaires flexibles dans les entreprises pour que les travailleurs puissent voyager à d’autres moments que les heures de pointe. Tout ça peut aider», dit-il.

«En BIXI ou en bicyclette personnelle, vous êtes seuls. Et il n’y a personne à moins de 6 pieds de vous. C’est sûr que c’est l’idéal.» -François Pepin, président de Trajectoire Québec

L’ancien directeur d’études à la Société de transport de Montréal (STM) avance toutefois que le métro «demeure un service essentiel» à ne pas négliger. «C’est primordial pour les professionnels du réseau de la santé qui travaillent dans les hôpitaux et les services d’urgence, entre autres», illustre-t-il.

M. Pepin ajoute qu’il faudra «à tout le moins» assurer un nettoyage très fréquent des vélos BIXI cette saison, ceux-ci demeurant «partagés» et donc utilisés par plusieurs personnes chaque jour.

Plutôt complexe pour BIXI?

Sur les réseaux sociaux, alors que des internautes ont abordé le devancement de la saison BIXI, la conseillère à la mobilité au comité exécutif, Marianne Giguère, s’est aussi prononcée sur le sujet.

«C’est une excellente idée que nous étudions», a-t-elle dit, précisant qu’il demeure «malheureusement plutôt complexe» de déployer les 700 stations et les nombreux vélos du réseau BIXI plus rapidement. «On a un véritable enjeu de main-d’œuvre pour y arriver et opérer un mois d’avance», considère-t-elle également.

L’an dernier, le saison des VLS à Montréal avait été officiellement lancée le 15 avril.

En avril 2019, à la demande de la Ville, BIXI Montréal avait aussi réalisé une étude portant sur les coûts qui seraient reliés à la décision de garder les bornes d’ancrage du service en place 12 mois par année. Actuellement, ces vélos sont retirés des pistes cyclables de la métropole à la mi-novembre, peu avant le début de l’hiver.

Articles similaires