Montréal

BIXI plus populaire que jamais malgré la compétition d’Uber

BIXI plus populaire que jamais malgré la compétition d’Uber
Photo: Archives Métro MédiaDepuis la création de BIXI Montréal en 2014, l'utilisation du service n'a cessé de croître. En 2019, plus de 600 stations et 7 250 vélos sont disponibles pour les citoyens de Montréal, Longueuil, Mont-Royal et Westmount.

La popularité de BIXI continue de croître malgré l’arrivée à Montréal du service de vélos électriques JUMP, il y a près d’un mois. L’organisme n’hésite toutefois pas à qualifier de «dérangeant» ce compétiteur, géré par la multinationale Uber, qui défie les règles en vigueur.

Depuis le début du mois de juillet, le nombre de déplacements quotidiens qui ont été réalisés sur les vélos en libre-service de BIXI s’élève à 35 638. Il s’agit d’un bond de 13% par rapport à la moyenne journalière enregistrée en juillet dernier, qui est de 31 414 déplacements, indiquent des données fournies à Métro par l’organisme.

L’année 2018 était déjà une année record, enregistrant une hausse de 10% des déplacements.

«C’est excellent. C’est clair que ça va être de loin notre meilleur mois de juillet à vie», s’est réjoui au bout du fil le directeur général de BIXI Montréal, Christian Vermette. 

Le 26 juin, les vélos électriques en libre-service JUMP ont été déployés dans neuf arrondissements de la métropole, mettant ainsi fin au monopole dont bénéficiait BIXI depuis 10 ans. Si ceux-ci n’ont eu «aucun impact» sur les prévisions d’achalandage de l’organisme, qui sont de nouveau en voie d’être dépassées cette année, M. Vermette demeure prudent.

«Je pense qu’il est trop tôt pour évaluer l’impact de JUMP pour l’instant», a ajouté le directeur général de BIXI.

Selon M. Vermette, la croissance de l’achalandage cette année est principalement attribuable au beau temps et à l’ajout de 1000 vélos cette saison, ce qui a porté la flotte totale de BIXI à 7250 bolides. L’organisme a par ailleurs ajouté 60 stations à son réseau cette année, portant leur nombre total à 600.

Le service, qui est offert du 15 avril au 15 novembre, a ainsi été étendu cette année à plusieurs nouveaux arrondissements, notamment Saint-Laurent et Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles. L’an prochain, le service de vélos avec bornes d’ancrage sera d’ailleurs élargi à l’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro, a indiqué M. Vermette.

«Est-ce que les clients qui utilisent JUMP, c’est parce que les stations de BIXI sont vides?» -Christian Vermette, directeur général de BIXI

Le 5 juillet, un peu plus d’une semaine après son lancement, plus de 10 000 voyages d’une moyenne de 3,4 kilomètres avaient été réalisés avec les vélos JUMP, selon des données fournies alors par Uber. L’entreprise n’a toutefois pu être jointe mercredi.

Un compétiteur «dérangeant»
La présence de vélos JUMP mal stationnés a causé de nombreux maux de tête à BIXI dans les dernières semaines, certains de ces engins ayant dû être «retirés» après avoir été immobilisés à des bornes d’ancrage gérées par l’organisme.

«C’est quand même dérangeant. Nous, on respecte à la lettre la réglementation. On a des standards très élevés […] Les vélos JUMP, c’est du n’importe quoi», a-t-il renchéri. 

En vertu de la réglementation municipale, ces engins électriques doivent être laissés à des supports à vélo publics, mais plusieurs d’entre eux ont été aperçus dans les dernières semaines immobilisés à divers endroits, notamment sur des clôtures et des panneaux de signalisation.