Local
14:50 17 mars 2020 | mise à jour le: 17 mars 2020 à 15:19

Coronavirus: aucun refuge en cas d’inondations

Coronavirus: aucun refuge en cas d’inondations
Photo: ArchivesEn 2017 et 2019, le centre socioculturel de L’Île-Bizard avait servi de centre d’hébergement d’urgence aux sinistrés évacués.

Les riverains qui seront aux prises avec des inondations ce printemps ne pourront se réfugier dans des centres d’hébergement d’urgence. Cette restriction vise à contenir la pandémie de COVID-19.

«Nous demandons aux municipalités de prévoir des endroits, comme des hôtels ou des résidences universitaires, pour accueillir leurs citoyens touchés, a indiqué la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault sur sa page Facebook. Il faudra prévoir des services de traiteurs, des produits d’hygiène et tout le matériel nécessaire pour limiter la propagation du virus.»

Lors des crues historiques de 2017 et 2019, le centre socioculturel de L’Île-Bizard avait notamment été transformé en centre d’hébergement d’urgence par l’arrondissement.

Le Regroupement des citoyens inondés de Montréal, qui presse depuis septembre l’administration du maire Normand Marinacci pour qu’elle instaure des moyens pour empêcher de futures inondations, semble d’accord avec la décision de Québec.

«C’est normal. Personne ne veut être contaminé à la COVID-19. Mais ça rajoute un peu de pression sur les mesures pour éviter de relocaliser les gens», fait valoir le représentant du regroupement, Simon Authier.

Anxiété

La pandémie de coronavirus aggraverait l’anxiété de nombreux citoyens, déjà nerveux à l’approche de la saison de la crue des eaux.

«Quand Québec dit d’avance qu’on a des contraintes avec la COVID-19, ça met un stress additionnel. On aimerait avoir des solutions adaptées à notre réalité locale. Je ne pense pas que qui que ce soit va aller rester dans des résidences universitaires. Ce serait très loin d’où ils habitent», explique M. Authier.

Lors des dernières inondations, aucune ressource d’hébergement d’urgence n’avait été établie dans l’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro. Le YMCA de Cartierville avait été équipé pour recevoir des sinistrés l’an dernier, mais le refuge n’a pas servi puisque les autorités ont été en mesure d’empêcher l’eau d’atteindre les résidences.

Articles similaires