Montréal
19:49 16 septembre 2020 | mise à jour le: 16 septembre 2020 à 19:49 temps de lecture: 3 minutes

COVID-19: Un médicament déjà connu testé à Montréal pour les cas légers de la maladie

COVID-19: Un médicament déjà connu testé à Montréal pour les cas légers de la maladie
Photo: Andreus/123rfLe virus responsable de la COVID-19 commence par se multiplier dans le nez et progresse vers les parties inférieures des voies respiratoires et des poumons.

Partout sur la planète, des équipes de chercheurs travaillent à mettre au point un vaccin efficace et sécuritaire contre le nouveau coronavirus alors que d’autres œuvrent à développer des médicaments qui pourraient ralentir la progression du virus une fois que la personne est atteinte ou à rendre les symptômes moins sévères.

Du nombre, certaines équipes sont québécoises, comme celle de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) qui souhaite recruter 454 participants pour mener une étude portant sur le ciclésonide, un médicament de la famille des stéroïdes utilisé depuis longtemps pour traiter l’asthme et la rhinite allergique.

«Différents articles publiés nous ont mis sur la piste que ce type de stéroïdes avait des effets anti-inflammatoires et anti-viral importants», explique Dre Nicole Ezer, du Programme de recherche translationnelle sur les maladies respiratoires de l’IR-CUSM et professeure adjointe au Département de médecine de l’Université McGill.

L’étude du CUSM prévoit étudier un dosage plus élevé de ciclésonide que pour les traitements habituels de deux maladies ci-haut mentionnées mais sur une courte période, soit pour deux semaines.

«Nous pensons que certaines personnes pourraient bénéficier d’une option de traitement comme celle-ci, qui n’a pas d’effets secondaires importants, qui n’interagit pas avec d’autres médicaments et qui est administrée de façon topique.» -Dre Nicole Ezer, du Programme de recherche translationnelle sur les maladies respiratoires de l’IR-CUSM

«Nous savons que le virus responsable de la COVID-19 commence par se multiplier dans le nez et progresse vers les parties inférieures des voies respiratoires et des poumons. Nous espérons qu’en ciblant le site de réplication virale avec le ciclésonide inhalé et nasal, nous pourrons réduire la réplication virale précoce et la gravité de la maladie», mentionne la chercheuse-clinicienne.

Profil des participants

L’étude, appelée Contain, vise à recruter des participants à la grandeur de la province. Le recrutement prendra fin lorsque tous les participants auront été trouvés.

Comme l’enregistrement à l’étude et les suivis se font en ligne, il n’est pas nécessaire de demeurer à Montréal pour y participer. Les médicaments, fournis gratuitement par une société pharmaceutique, seront livrés au domicile des participants afin de leur faciliter la vie.

On recherche des adultes qui ont reçu un diagnostic de COVID-19 moins de cinq jours avant leur inscription à l’étude, qui ne sont pas hospitalisés et qui présentent des symptômes tels que l’essoufflement, la toux, l’irritation nasale, la perte d’odorat, la fatigue et la diarrhée.

Dans un premier temps, l’étude vise à démonter l’efficacité du médicament sur l’essoufflement, et en cas de succès, on étudiera son effet sur la baisse des hospitalisations à grande échelle.

Articles similaires