Montréal
16:21 13 octobre 2020 | mise à jour le: 13 octobre 2020 à 18:29 temps de lecture: 4 minutes

Aide financière: Montréal reçoit 263 M$ pour faire face à la pandémie

Aide financière: Montréal reçoit 263 M$ pour faire face à la pandémie
Photo: Josie Desmarais/MétroLa ministre des Affaires municipales et de l'Habitation, Andrée Laforest.

La métropole recevra une aide financière de plus de 263 M$ de la part de Québec et d’Ottawa afin de faire face à la deuxième vague du coronavirus, ce qui représente près du tiers de la somme totale prévue pour l’ensemble des municipalités de la province.

À la fin du mois de septembre, le gouvernement Legault avait annoncé une enveloppe de 800 M$ pour aider les municipalités du Québec dans le contexte de la crise sanitaire, sans toutefois préciser la répartition de ce montant, dont le gouvernement fédéral assume la moitié.

Dans une conférence de presse mardi après-midi, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, a confirmé que la Ville de Montréal recevra la part du lion, soit près de 263,5 M$.

«C’est quand même un énorme montant que recevra la métropole pour sécuriser ses citoyens», a-t-elle affirmé.

Du soutien à toute la région

En tout, les 82 municipalités qui composent la Communauté métropolitaine de Montréal recevront près de 477 M$. De ce montant, les villes liées sur l’île de Montréal recevront environ 28 M$. Laval récoltera pour sa part un peu plus de 42 M$, tandis que Longueuil recevra un chèque de près de 27 M$.

«L’objectif est d’éviter aux contribuables et aux entrepreneurs de la métropole de subir des hausses de leur fardeau fiscal et des réductions de service», a affirmé la ministre responsable de la région de Montréal, Chantal Rouleau. Cette dernière, qui est aussi ministre déléguée aux Transports, n’a toutefois pu préciser quelle part de la somme de 1,2 G$ prévue pour aider les sociétés de transport du Québec dans le contexte de la pandémie ira à celles qui opèrent dans le Grand Montréal.

«Les montants précis sont à déterminer. Il y a encore certaines discussions qui se font avec les sociétés de transport pour avoir les coûts les plus justes concernant l’impact de la pandémie», a-t-elle indiqué.

Dépenses importantes

L’aide octroyée à la Ville de Montréal aidera cette dernière à présenter un budget équilibré le mois prochain. Une obligation légale que la mairesse Valérie Plante entend conjuguer avec sa promesse de geler les taxes foncières gérées par la ville-centre en 2021, ce qui fera baisser ses revenus.

«Comme on le sait, Montréal a beaucoup souffert de la première vague de la pandémie. Et bien sûr, ça a eu un impact sur nos finances», a rappelé Mme Plante, qui a qualifié cette aide financière d’«excellente nouvelle».

D’ici la fin de l’année, la Ville prévoit dépenser 85 M$ pour des mesures d’urgence. À cet égard, elle a notamment alloué 5 M$ cet été à l’aménagement de corridors sanitaires et de voies cyclables et piétonnes. La Ville a aussi dédié environ 26 M$ à des mesures d’hébergement et de soutien alimentaire aux personnes en situation d’itinérance. Un montant qui pourrait d’ailleurs grimper dans les prochains mois alors que le nombre de sans-abri aurait connu une forte hausse depuis le début de la pandémie.

«On peut prévoir qu’il y aura plus de dépenses pour les personnes en situation d’itinérance [dans les prochains mois]. L’hiver s’en vient», a laissé tomber Mme Plante. Le prochain budget de la Ville devrait donner plus de détails à cet égard, a-t-elle ajouté.

En date du 31 août, l’administration Plante anticipait un déficit pouvant atteindre 129 M$ cette année, en excluant les pertes reliées au transport collectif.

«Cette somme va venir nous aider à alléger le déficit, mais aussi à entretenir notre capacité d’être agile et à ne laisser personne derrière.» -Valérie Plante, mairesse de Montréal

Conduites d’eau

La Ville reçoit par ailleurs une somme d’environ 30 M$ pour le remplacement de conduites d’eau dans la métropole. Montréal-Ouest recevra aussi un peu plus d’un million de dollars à cette fin. Ces sommes permettront de concrétiser des projets qui étaient déjà prévus sur l’île de Montréal.

Articles similaires