Montréal
19:38 19 octobre 2020 | mise à jour le: 19 octobre 2020 à 19:47 temps de lecture: 2 minutes

Le militant Xavier Camus porte plainte à la police

Le militant Xavier Camus porte plainte à la police
Photo: Josie Desmarais/MétroUne voiture de police du SPVM.

Xavier Camus vient de porter plainte à la police, craignant pour sa sécurité à la suite de menaces à son endroit faites sur Facebook.

M. Camus, un enseignant de philosophie de niveau collégial, a fait couler beaucoup d’encre dans les derniers mois, à la suite de son travail d’identification de gens d’extrême droite sur les réseaux sociaux. La Presse a fait son portrait en début d’année.

«Même si je reçois souvent des menaces, c’est très rare que je porte plainte à la police», a expliqué M. Camus sur sa page Facebook. Par le passé, il a dénoncé le conspirationniste Alexis Cossette-Trudel, dont Facebook et YouTube ont fermé les comptes il y a quelques jours. M. Camus a été pointé du doigt pour avoir contribué à ces fermetures.

C’est «l’intensité de la vidéo» qui sortait de l’ordinaire et qui l’a poussée à porter plainte. M. Camus, ébranlé lorsqu’on lui a parlé au téléphone, se dit «très inquiet» pour sa famille. «Je ne veux pas devenir émotif mais c’est ma famille qui est en danger.»

Les menaces sur la vidéo sont faites sur un ton menaçant, parfois violent. On y entend entre autres : «[…]. Là j’en ai plein l’c**. Moi ne ne ris plus, je ne ris vraiment pu […]. J’m’en viens, J’m’en viens pour vous autres… C’est toi ma target […]. ». Celui qui prononce ces propos serait l’organisateur d’un groupe conspirationniste ayant tenu une manifestation.

L’homme dit entre autres éléments d’arrêter de s’en prendre à sa fille et aux enfants des autres et de s’en prendre plutôt à lui, ajoutant qu’il connaît des «chums qui sont capables d’avoir ton adresse. Ils sont déjà là-dessus».

«Je ne sais pas qui est sa fille, qui il est, ni même s’il a une fille», dit Xavier Camus au sujet de la personne qui le menace sur Facebook.

«La pression continue, avoue l’enseignant. J’ai reçu un message haineux d’un homme que je ne connais pas il y a 15 minutes à peine. Je l’ai bloqué.»

M. Camus est suivi par plus de 18 000 personnes sur Facebook.

-Avec Céline Gobert/Métro

Articles similaires