Montréal
15:55 1 novembre 2020 | mise à jour le: 1 novembre 2020 à 15:59 temps de lecture: 5 minutes

Une manifestation en soutien aux pêcheurs Mi’kmaq à Montréal

Une manifestation en soutien aux pêcheurs Mi’kmaq à Montréal
Photo: Céline Gobert/MétroLe cortège souhaitait exprimer sa solidarité envers les populations autochtones et plus particulièrement envers les pêcheurs Mi’kmaq.

Autochtones et non-Autochtones ont marché côte à côte durant une manifestation, dimanche, dans les rues de Montréal pour soutenir le peuple Mi’kmaq. Avec cet événement, ils souhaitaient aussi s’assurer que les Premières Nations ne soient pas réduites au silence. 

Une centaine de manifestants s’est réunie dimanche dès midi à la place Émilie-Gamelin à Montréal. Et ce, à l’initiative des membres de la communauté Kanienʼkehá꞉ka de Kahnawake.  

Avec cette manifestation à Montréal, le cortège souhaitait entre autres exprimer sa solidarité envers les populations autochtones et plus particulièrement envers les pêcheurs Mi’kmaq. Ces derniers se trouvent au cœur du «conflit du homard» les opposant aux pêcheurs non autochtones en Nouvelle-Écosse.

«Nous sommes ici pour mettre en lumière les problématiques rencontrées par les Premières Nations en ce moment et pour obtenir la reconnaissance des personnes non autochtones que l’on mérite. Car nous ne sommes pas entendus», indique à Métro l’une des organisatrices Kaiatanoron Lahache.  

Selon elle, la communauté autochtone est «réduite au silence» dans ses combats relatifs au territoire ou au respect des traités. 

Solidarité envers toutes les communautés

La manifestation de Montréal avait également pour but de soutenir d’autres communautés que celle Mi’kmaq. Par exemple, celles des Six Nations, ou encore les Anishinabe du parc de La Vérendrye, les Wet’suwet’en et les Secwepemc. Des communautés qui se battent toutes pour leurs droits, comme l’explique Kaiatanoron Lahache. 

«Les pêcheurs Mi’kmaq ne sont pas les seuls à se battre en ce moment. On souhaite manifester notre solidarité à tous. Nous ne serons pas réduits au silence. Nous ne reculerons pas devant l’oppression.» -Kaiatanoron Lahache

Plus loin, Tohol Ohiatasaew est aussi venu démontrer sa solidarité à toutes les communautés. Selon l’homme autochtone, il est possible d’afficher son soutien de différentes façons. 

Par exemple: faire pression sur les gouvernements locaux pour qu’ils traitent de manière équitable avec les communautés, ou encore faire preuve de respect mutuel. Également: ne pas «prendre des terres qui ne sont pas les vôtres», ajoute-t-il.  

Pour Renée Corbière, née de parents issus de communautés autochtones, «il y a un pouvoir à tous se tenir ensemble même si nous sommes tous des nations distinctes.» 

La jeune femme tient dans ses mains une pancarte «Shutdown Kkkanada» en signe de protestation. 

«Nous avons besoin que le reste du Canada se tienne à nos côtés car le gouvernement ne nous écoute pas. On dit la même chose depuis que les colonisateurs sont arrivés dans ce pays. Nous voulons qu’on nous rende notre territoire.» -Renée Corbière 

Des citoyens non autochtones aussi présents

Plus loin, une citoyenne Bernadette Stainger, non autochtone et originaire de Saskatchewan, estime que les gouvernements fédéral et provincial soutiennent les grosses entreprises de pêche et non pas les Premières Nations qui ont, pourtant, «le droit de pêcher tout le temps».  

Même son de cloche du côté de Janet Lumb, Chinoise de troisième génération.

«On n’a pas encore le respect et la reconnaissance qu’il faut envers les peuples autochtones, dit-elle. Nous sommes sur leur territoire. C’est un cadeau d’être ici. Il faudrait être au courant de cela»,  

Selon Mme Lumb, le conflit des pêcheurs reflète cette idée: «Les pêcheurs, c’est leur territoire. C’est leur droit de manger autant de poissons qu’ils veulent. Ce n’est pas la même chose pour les poissonneries.» 

«Il faudrait faire davantage d’éducation pour comprendre l’Histoire, qui sont les peuples autochtones ici, c’était en quelle année, etc. À l’école oui, mais pas seulement. Il faudrait qu’on reconnaisse les premiers peuples dès l’enfance.» -Janet Lumb 

Le conflit du homard dégénère

Rappelons que le conflit du homard fait rage en Nouvelle-Écosse entre pêcheurs mi’kmaq et pêcheurs non autochtones. Le 18 septembre dernier, la communauté Sipekne’katik a annoncé sa propre pêche autoréglementée.

Depuis, les pêcheurs mi’kmaq témoignent avoir été confrontés à du harcèlement. Les Autochtones ont subi des dommages à leurs bateaux et véhicules. On leur a volé des engins de pêche ou dégradé leurs bouées. 

De plus, ils se sont vus refuser des marchandises comme du carburant, des appâts et des logements. 

En fait, les pêcheurs non autochtones trouvent injuste que les Premières Nations puissent pêcher des homards en dehors des périodes de pêche. 

Pourtant, les Mi’kmaq ont le droit de pêcher pour subvenir à leurs besoins. Et ce, depuis une décision de la Cour suprême de 1999. Plus exactement, une «subsistance modérée», un terme qui provoque des débats sémantiques houleux.

Articles similaires