Montréal
10:34 7 novembre 2020 | mise à jour le: 7 novembre 2020 à 11:27 temps de lecture: 4 minutes

CHSLD: le Centre d’hébergement Champlain expulse environ 20 patients

CHSLD: le Centre d’hébergement Champlain expulse environ 20 patients
Photo: Katrine Desautels/MétroLe CHSLD de Verdun, le Centre d’hébergement Champlain, va expulser plus de 20 de ses patients en décembre.

Dernièrement, les choses n’ont pas été faciles pour la résidente de Verdun Elaine Fougere. Elle a récemment appris que son mari Roland, âgé de 82 ans, allait se faire expulser du CHSLD de l’arrondissement, le Centre d’hébergement Champlain, le mois prochain afin de libérer de l’espace pour les patients qui ont besoin d’être hospitalisés pour la COVID-19.

«Je n’arrivais pas à y croire», a-t-elle dit. «Ils vont l’expulser et ils n’ont fait preuve d’aucune empathie. Je me demande où est l’humanité.»

Depuis plus de 15 ans, le mari de Fougere a un cancer des os, de la colonne vertébrale et des ganglions lymphatiques. Bien qu’il se soit vaillamment battu contre la maladie tout ce temps, il y a une dizaine de mois, les médecins ont admis qu’ils ne pouvaient plus rien faire d’autre et il a été transféré de l’Hôpital Royal Victoria à l’établissement de soins de longue durée de Verdun.

«Le cancer lui a enlevé toutes ses forces», a dit Fougere, la voix pleine de tristesse. «Il ne peut même plus bouger à cause de la douleur. Je suis surprise qu’il ait réussi à tenir le coup aussi longtemps.»

Malgré sa douleur constante, elle a dit qu’il était un patient dont il est facile de prendre soin puisqu’il ne se plaint jamais et écoute toujours le personnel.

«Il ne fait jamais sonner sa cloche même s’il souffre de douleurs sévères», a-t-elle expliqué. «Il n’aime pas déranger les infirmières. Il reste simplement assis là et il demande à Dieu de l’aider.»

En apprenant qu’il allait être obligé de déménager et de partir du Centre Champlain, son mari s’est senti profondément attristé. Il a fait référence aux multiples liens puissants qu’il avait formés avec certains patients présents dans l’établissement.

«Il m’a dit qu’il était désolé d’avoir causé tant de problèmes», s’est remémorée Fougere en larmes. «Cela m’a complètement brisé le coeur.»

Des directives de la province

Environ 20 personnes vont être expulsées de l’établissement. Dans un communiqué, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) local a déclaré qu’en procédant aux expulsions, il prenait une décision difficile, mais que la directive venait directement du ministère de la Santé provincial. Selon le CIUSSS, la directive représente une réponse directe à la demande de gestion du réseau hospitalier embouteillé pendant cette deuxième vague de COVID-19.

Dans le but de faciliter la transition, l’administration a aidé Fougère à prendre des rendez-vous pour visiter d’autres CHSLD qui ont encore de l’espace et qui ne reçoivent pas de patients atteints de la COVID-19.

Toutefois, la résidente de Verdun a mentionné que la plupart des autres centres sont situés loin de chez elle. Par ailleurs, elle est inquiète d’avoir à visiter différents foyers de soins au milieu d’une pandémie alors que le gouvernement conseille aux aînés de rester à la maison.

«J’essaie simplement de faire une chose à la fois», a-t-elle dit. «Le Bon Dieu me donne seulement les responsabilités dont je suis capable de me charger. Je fais de mon mieux.»

Pendant ce temps, elle songe à avoir recours aux tribunaux aux côtés des autres familles qui se trouvent dans la même situation, surtout puisqu’elle n’a pas encore reçu d’avis d’expulsion écrit.

Elle est également très occupée alors qu’elle tente de mettre de la pression sur l’établissement en s’adressant à divers médias et en écrivant à la députée de Verdun Isabelle Mélançon et le premier ministre du Canada Justin Trudeau.

Même avec tout ce qui se passe, elle prend toujours le temps de rendre visite à son mari pendant qu’elle le peut encore.

«On est marié depuis 61 ans et je n’aurais pas vécu aussi longtemps sans lui», a-t-elle dit, la gorge étouffée par la tristesse. «Il est tout pour moi. Je vais choisir la meilleure des résidences et je vais faire de lui le patient le plus aimant et le plus attentionné de l’établissement.»

Le ministère de la Santé du Québec n’a pas répondu à une demande de commentaires sur cette histoire.

Articles similaires