Montréal
15:41 12 novembre 2020 | mise à jour le: 12 novembre 2020 à 15:41 temps de lecture: 3 minutes

Cri de cœur de Melançon pour sauver des résidents en CHSLD d’une expulsion

Cri de cœur de Melançon pour sauver des résidents en CHSLD d’une expulsion
Photo: Capture ÉcranIsabelle Melançon s’est adressée à la ministre Marguerite Blais au Salon bleu de l’Assemblée nationale.

La députée provinciale Isabelle Melançon lance un cri du cœur à la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais. Elle souhaite que Québec recule concernant l’expulsion à venir de 22 résidents du Centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) Champlain, situé sur le territoire de sa circonscription.

«Je suis à la recherche d’une solution pour les 22 résidents. Ce n’est pas normal qu’on veuille déplacer M. Fougère qui a 82 ans, qui est atteint d’un cancer des os en phase terminale, dénonce Mme Melançon. Quand je serai en phase terminale, j’espère que la dernière chose qu’on voudra faire avec moi c’est de me déménager pour faire de la place pour d’autres personnes.»

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) Centre-Sud a expliqué qu’en procédant aux expulsions, il prenait une décision difficile, mais que la directive venait directement du ministère de la Santé. Il s’agit d’une réponse aux défis du réseau hospitalier, très sollicité pendant cette deuxième vague de la COVID-19.

Hier au Salon bleu, la députée de Verdun a interpellé la ministre caquiste pour qu’elle change d’avis quant à d’expulsion de ces résidents. La décision «a été prise par rapport au fait que dans le CHSLD Champlain, il y a de la réhabilitation», a répondu Mme Blais. Les chambres doubles ont été converties en chambres simples pour protéger les résidents du virus, a-t-elle ajouté.

Sur Twitter, Marguerite Blais a aussi réitéré en réponse à un gazouillis de Mme Melançon que «les déménagements de personnes aînées ne sont jamais souhaitables. Dans la balance des inconvénients, la décision prise est de maintenir une spécificité propre au CHSLD Champlain, soit la réadaptation qui touche aussi plusieurs aînés.»

Éclosions

Les familles touchées par l’expulsion sont en contact avec Mme Melançon depuis le début du mois d’octobre. Elle aurait reçu plusieurs personnes dans son bureau sur le sujet.

«J’ai entendu les récits des familles et honnêtement on ne peut pas rester insensible au fait qu’il y a des gens qui habitent au CHSLD Champlain depuis [des années], ça devient leur lieu de résidence», raconte Mme Melançon.

Elle critique notamment qu’on offre aux résidents de déménager dans des CHSLD où il y a des éclosions de COVID-19 alors qu’au Centre Champlain, il n’y a pour l’instant pas de cas de contamination.

Mme Melançon dit être consciente des défis de trouver des places dans les hôpitaux. «La spécificité du CHSLD Champlain j’en suis, mais la première vague a été meurtrière pour nos aînés, et encore, ce sont nos aînés qui sont mis à mal», dénonce la députée.

Elle espère que le ministre de la Santé, Christian Dubé, entendra raison rapidement, puisque les déménagements des résidents du CHSLD Champlain doivent se faire d’ici décembre.

Articles similaires