Montréal
15:19 10 mars 2021 | mise à jour le: 10 mars 2021 à 16:45 temps de lecture: 3 minutes

Prévention de la violence: un montant insuffisant disent des élus de RDP-PAT

Prévention de la violence: un montant insuffisant disent des élus de RDP-PAT
Photo: Josie Desmarais/MétroLa mairesse de Montréal, Valérie Plante, et la mairesse de RDP-PAT, Caroline Bourgeois.

Les 400 000$ promis par la Ville de Montréal pour soutenir les organismes œuvrant en sécurité urbaine sont nettement insuffisants pour endiguer la violence dans Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles (RDP-PAT), selon les élus d’Ensemble Montréal, majoritaires au conseil d’arrondissement.

Ils exigent que la ville-centre augmente immédiatement la présence policière dans le secteur et qu’elle verse de façon récurrente un montant de 750 000$ dans les coffres des organismes communautaires.

Richard Guay, conseiller dans le district de La Pointe-Aux-Prairies, a déposé une motion en ce sens le 26 février. Celle-ci a été adoptée par la majorité lors de la séance du conseil du 9 mars.

La mairesse Caroline Bourgeois et la conseillère Lisa Christensen, élues sous la bannière de Projet Montréal, sont les seules à avoir voté contre la proposition.

Prises de bec

La journée même, Mme Bourgeois a surpris les élus du conseil d’arrondissement en annonçant que la ville-centre s’était engagée à verser 400 000$ aux organismes de RDP-PAT.

M. Guay n’a pas caché son agacement lorsqu’elle a demandé à la greffière de soumettre un amendement à sa motion en pleine séance du conseil.

Selon lui, la mairesse aurait pu présenter ses modifications aux élus bien avant, puisqu’elle avait en sa possession le contenu de la motion déposée 10 jours plus tôt.

«Ça sent l’improvisation de dernière minute. […] Ce 400 000$, il n’existerait tout simplement pas si on n’avait pas déposé notre motion», a-t-il tonné en entrevue avec Métro.

De son côté, la mairesse, également responsable de la Sécurité publique au comité exécutif de la Ville de Montréal, affirme qu’elle travaille depuis longtemps pour obtenir ces sommes.

«Ça n’a rien à voir avec la motion. [Les élus de l’opposition] ont décidé d’adopter une approche partisane, mais moi je veux aller de l’avant avec du concret», a-t-elle soutenu.

Elle a déploré que les élus d’Ensemble Montréal n’aient pas répondu à sa proposition de travailler sur une motion commune, à la lumière des nouvelles sommes accordées.

Effectifs policiers

Mme Bourgeois a l’intention de revenir à la charge le mois prochain avec les éléments de l’amendement proposé, rejeté par les élus de l’opposition.

Elle veut que l’arrondissement de RDP-PAT ajoute une contribution de 100 000$ au 400 000$ débloqué par la Ville et que Québec et à Ottawa contribuent à la même hauteur.

Elle n’a pas l’intention d’aller de l’avant avec la demande de l’opposition concernant les effectifs policiers. Elle estime que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a déjà déployé suffisamment de ressources, notamment avec la nouvelle Équipe de lutte contre le trafic d’armes à feu (ELTA), en fonction depuis le 22 février.

«Il y a plus de policiers, mais ce sont principalement des enquêteurs. Ce qu’on veut, c’est plus de policiers sur le terrain», a pour sa part affirmé M. Guay.

La motion adoptée ne précise pas le nombre d’agents supplémentaires demandé.

Articles similaires