Montréal
09:43 2 avril 2021 | mise à jour le: 2 avril 2021 à 16:32 temps de lecture: 4 minutes

COVID-19: reconfinez Montréal au plus vite, lancent des médecins

COVID-19: reconfinez Montréal au plus vite, lancent des médecins
Photo: Brook Mitchell/Getty ImagesUne travailleuse de la santé portant de l'équipement de protection individuel contre la COVID-19

Alerte aux variants dans le Grand Montréal. Des médecins de la région métropolitaine exhortent le gouvernement à reconfiner et à refermer les écoles.

Le collectif COVID Stop, dont fait notamment partie l’ex-député de Québec solidaire et microbiologiste Amir Khadir, a fait cette demande, vendredi, quelques heures après que trois villes du Québec soient déjà passées en mode «pause».

«Tout le monde s’entend pour dire que la possibilité qu’on vive une troisième vague très sévère est inquiétante», a signifié Dr Khadir.

Pour ces experts médicaux du Grand Montréal, la région est menacée. Jeudi, la Santé publique rapportait près de 400 cas à Montréal.

«Si les choses continuent, nous auront les mêmes problèmes que l’Europe, que l’Ontario et que trois autres régions du Québec.» – Dr Amir Khadir, microbiologiste-infectiologue

Des hôpitaux «fragiles»

Aux dernières nouvelles, les hospitalisations ne menacent pas de déborder dans le Grand Montréal avant deux ou trois semaines. Un peu plus du quart des lits réguliers et près de la moitié des lits de soins intensifs désignés pour les patients COVID-19 étaient occupés hier, rapportait l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS).

Or, les variants continuent de se multiplier. Plus contagieuses, ces mutations du coronavirus se comptent par milliers à Montréal. Et elles commencent à menacer le réseau hospitalier.

«C’est une chose d’avoir une capacité de lits physiques, mais c’en est une autre d’avoir une capacité humaine pour traiter les patients. On est fragile. On ne peut pas se permettre d’en prendre beaucoup plus», a relaté Dr Vincent Bouchard-Dechêne, spécialiste en médecine interne affecté à l’Unité des soins intensifs de l’hôpital Notre-Dame.

Pourtant, dans les corridors des hôpitaux, de plus en plus de patients «COVID positifs» circulent. Vendredi, la Santé publique rapportait une hausse absolue de 16 hospitalisations. Constat inquiétant, rapporte la médecin Marie-Michelle Bellon: les patients sont de plus en plus jeunes.

«Lors de ma dernière garde, j’ai soigné une jeune femme de 34 ans sans antécédent médical. On a dû la garder hospitalisée quelques jours, puis administrer de l’oxygène et de la cortisone. C’était la première fois que j’avais une jeune femme hospitalisée dans mes lits pour une pneumonie COVID.» – Dre Marie-Michelle Bellon, spécialiste en médecine interne à l’Hôpital Notre-Dame

Le risque d’ébranler le système de santé est grand, rapport Dr Bouchard-Dechêne.

«Ce sont des patients qui ont une réserve physiologique plus importante, a-t-il expliqué. Donc, ils se présentent à l’hôpital à bout de souffle, en fin de course.»

Combien de temps?

Jeudi, trois villes de la province, Québec, Gatineau et Lévis, se voyaient forcées de se reconfiner. Jusqu’au 12 avril, au plus tôt, l’école s’y fera à distance, et les commerces non essentiels resteront fermés.

Or, Montréal reste dans le rouge. Ses écoles ont gardé leurs portes ouvertes, et le couvre-feu demeure à 21h30. Mercredi, François Legault s’expliquait de nouveau: la situation n’est pas suffisamment critique à Montréal pour justifier un reconfinement, affirmait-il.

«Vous voyez, depuis un mois, à Montréal, on se situe entre 300, 350 cas par jour, donc il n’y a pas de doublage du nombre de cas», avait-il dit.

Mais il faut agir avant qu’il soit trop tard, rétorque Amir Khadir. «Plus on agit rapidement, plus on est à même de raccourcir ces restrictions-là», a-t-il argué, vendredi.

Pour le moment, dans les zones «rouges foncées» de Québec, Lévis et Gatineau, le gouvernement Legault a sélectionné une période d’une dizaine de jours avant de rouvrir. C’est peu, convient Dr Khadir.

«L’expérience de cette pandémie nous montre que pour véritablement prendre le contrôle d’une tendance exponentielle. Une semaine ou même deux semaines ne suffisent pas, a-t-il ajouté. Plus raisonnablement, un mois semble être ce sur quoi les épidémiologistes s’entendent.»

Jeudi, le gouvernement voisin de l’Ontario confinait l’ensemble de la province pour au moins 28 jours.

Articles similaires