Montréal

Une manifestation contre les mesures sanitaires prévue au Stade

La file d'attente dans la Rotonde du Stade olympique pour recevoir le vaccins contre la COVID-19. Photo: Josie Desmarais/Métro

Les activités du Stade olympique, plus grand centre de vaccination et de dépistage de la COVID-19 à Montréal, pourraient bien être perturbées samedi par une importante manifestation contre les mesures sanitaires. Le député provincial d’Hochelaga-Maisonneuve, Alexandre Leduc, s’inquiète d’y voir débarquer en trombe des milliers de manifestants.

«J’en appelle au sens civique des organisateurs et des manifestants. Vous vous trompez de cible», lance l’élu local au bout du fil.

La manifestation, toujours prévue pour samedi dans la circonscription de M. Leduc, vise à contester les décisions du gouvernement face à la pandémie. L’invitation a été lancée début avril par des opposants notoires aux mesures sanitaires et aux stratégies vaccinales. Ils y encouragent les Québécois à «manifester leur désaccord face aux mesures sanitaires».

Sur l’invitation Facebook conviant les protestataires, les réponses positives se comptent par milliers. Ce qui ne rassure pas Alexandre Leduc. «Toute personne ayant déjà organisé une manifestation ou un barbecue par l’entremise de Facebook sait très bien que ce n’est qu’une fraction de ces personnes-là qui vont vraiment se pointer, lance-t-il à la blague. Mais même une fraction de 28 000 personnes, ça fait beaucoup de personnes.»

Pied-de-nez aux travailleurs essentiels?

L’élu de Québec solidaire, qui a son bureau de circonscription à quelques minutes à pied du lieu de rassemblement prévu, convient du droit de manifester des opposants aux mesures sanitaires, «peu importe [leur] orientation idéologique». Il craint toutefois les impacts que l’effet de masse pourrait avoir sur le travail des vaccinateurs.

Mardi, à l’Assemblée nationale, il déposera une motion enjoignant les protestataires à éviter les confrontations avec les travailleurs de la santé et les équipes de vaccination. «Ils ont droit d’aller au travail et de se sentir en sécurité», affirme-t-il, surtout que le 1er mai est aussi la date de la Journée internationale des travailleurs.

La demande du député solidaire n’est pas sans rappeler une sortie de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui avait invité des opposants au masque à aller protester «dans un champ de patates».

«Ils peuvent aller manifester ailleurs. Il y a plein d’autres places où ils peuvent aller.» – Alexandre Leduc, député d’Hochelaga-Maisonneuve

Au Service de police de la Ville de Montréal, on assure être «au fait de cet événement». Sur les réseaux sociaux, un des organisateurs de la marche, l’influenceur antimasque Daniel Pilon, ne démord pas. «Le monde va pouvoir avancer et s’en aller vers le Stade. Il va y avoir une file à ne plus finir. On prévoit une file de quatre kilomètre», a-t-il martelé dans une vidéo transmise en direct la semaine dernière.

Interrogé quant à ses intentions de limiter les débordements, lundi, M. Pilon nous a référé à son «prochain live». Au moment d’écrire ces lignes, aucune vidéo n’avait été publiée sur sa page.

Le cabinet de la ministre Geneviève Guilbault n’a pas voulu commenté ces informations.

Articles récents du même sujet