Montréal

REM de l’Est: mode de transport, tracé et architecture préoccupent les citoyens

Rendu visuel d’une station le long Notre‐Dame (À TITRE INDICATIF)
Photo: Courtoisie

Alors que la première phase de consultation citoyenne prend fin concernant le REM de l’Est, CDPQ Infra relève que les trois thèmes qui interrogent le plus les citoyens sont le mode de transport choisi, le tracé et l’architecture urbaine, dans un bilan publié ce jour.

Les trois premières séances d’informations publiques ont vu plus de 650 citoyens y participer et environ 150 questions ont été répondues. Les trois séances d’informations sont actuellement en ligne et les questions seront compilées et mises en ligne sous peu.

Métro avait pu assister à la première séance d’information publique du 10 mai et de nombreux citoyens abordaient ces thèmes à savoir, l’intégration architecturale urbaine, le tracé initial et le mode de transport choisi comme étant un métro léger. Viennent ensuite l’emplacement des stations et les nuisances sonores et visuelles.

Les trois thèmes qui interrogent le plus les citoyens sont le mode de transport choisi, le tracé et l’architecture urbaine.
Les trois thèmes qui interrogent le plus les citoyens sont le mode de transport choisi, le tracé et l’architecture urbaine.

Dans un souci de «prise en compte des inquiétudes des citoyens», des consultations publiques avec des groupes de discussions et par secteurs commencent dès demain. C’est Saint-Léonard qui ouvre le bal.

La directrice Affaires publiques à CDPQ Infra, Virginie Cousineau, maintient que des modifications pourront être apportées jusqu’à la signature des contrats et le début des travaux prévus en 2023. Pour l’instant, CDPQ Infra, recueille les informations du public mais souhaite aussi s’inspirer de ce qui se fait ailleurs comme les métros aériens en constructions ou terminés de La Haye (Pays-Bas), de la ligne 8 Paris, Rennes (France), de Chicago (USA) entre autres.

Toutes les bonifications et modifications pourront se réaliser après les consultations et les avis ministériels. «Un fois les contrats signés, les prestataires devront appliquer le projet tel que décidé en amont», assure-t-elle.

De plus, les analyses des études souterraines devraient être rendues publiques sous peu.

Le REM de l’Est avance

CDPQ Infra avance dans son calendrier aujourd’hui; l’institution vient de déposer l’avis de projet au Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC). En effet, le projet doit se soumettre à des réglementations environnementales.

Cela comprend des phases de consultations publiques au MELCC qui s’étaleront sur 2021 et un rapport sera publié. Viendra ensuite les audiences du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) et ses recommandations en 2022, un décret environnemental sera émis.

À cette étape, le REM de l’Est pourra s’engager avec des prestataires pour commencer les travaux «toujours prévus pour 2023 avec une mise en service en 2029».

CDPQ Infra rappelle que toutes les consultations publiques seront consignées et disponibles sur leur site web.

Le premier webinaire dont le thème était le tracé a rassemblé 215 participants. Le prochain webinaire se tiendra le mercredi 9 juin, de 12h à 13h et abordera le thème de la mobilité urbaine.

Articles récents du même sujet