Montréal
05:00 4 juin 2021 | mise à jour le: 4 juin 2021 à 16:12 Temps de lecture: 4 minutes

Les communautés racisées plus réticentes à se faire vacciner

Les communautés racisées plus réticentes à se faire vacciner
Photo: Josie Desmarais/Métro

Les autorités de santé publique devront user de créativité interculturelle pour atteindre leurs objectifs de vaccination. Depuis le début de la pandémie, les communautés culturelles et racisées sont plus réticentes à se faire vacciner que les personnes blanches, notamment pour des questions d’accessibilité et des craintes à l’égard du système de santé.

Si les personnes immigrantes font face à des «barrières supplémentaires», c’est l’ensemble des minorités culturelles qui sont plus réticentes à se faire vacciner, explique l’économiste de la santé et chercheur à l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) Raphaël Langevin.

«Il y a une réticence plus grande, affirme-t-il. Je ne pourrais pas dire jusqu’à quel point, mais le son de cloche qu’on a sur le terrain de la part des centres de vaccination du ministère de la Santé, c’est que l’ensemble des minorités visibles sont plus réticentes, à des degrés variables.»

Le Québec a récemment atteint la barre de 75% de la population adulte ayant reçu au moins une dose de vaccin. Montréal et Laval, où vivent une bonne partie des Québécois issus de minorités visibles, traînent toutefois de la patte. Ces deux régions comptent la moitié des 220 000 adultes qui devront se faire vacciner pour atteindre les objectifs dans toutes les catégories d’âges.

À Montréal, les arrondissements qui comptent le moins d’habitants ayant reçu une dose de vaccin sont Saint-Léonard (47,2%), Montréal-Nord (43,8%) et Villeray-Parc-Extension-Saint-Michel (47,4%), indiquent les dernières données de la Santé publique. 

Selon le dernier recensement de 2016, ces trois arrondissements sont parmi les cinq où on retrouve le plus de minorités visibles à Montréal. 

Les données disponibles

Dans son rapport «CONNECT» du 26 avril dernier, l’INSPQ s’est penché sur l’évolution de l’hésitation à la vaccination en comparant les données avant la pandémie, ainsi qu’aux trois vagues de COVID-19. Les résultats indiquent que les participants nés à l’extérieur du Canada montraient «une tendance à l’augmentation de l’hésitation depuis le début de la pandémie». 

Dans les quartiers plus défavorisés, les pourcentages de personnes hésitantes à la vaccination sont «stables ou en légère augmentation». Toutefois, Raphaël Langevin pense qu’il faudrait une étude en bonne et due forme afin de décortiquer et séparer les effets de l’immigration et de la défavorisation sur la vaccination.

Jeudi, le gouvernement fédéral a annoncé le lancement d’une nouvelle étude, réalisée auprès de 3 000 Sud-Asiatiques vivant dans les régions métropolitaines de Toronto et Vancouver. Elle visera à comprendre la réticence de la communauté sud-asiatique envers les vaccins. 

Pourquoi ces réticences?

Selon Raphaël Langevin, ces réticences s’expliquent par quatre facteurs.

Le premier facteur est sociodémographique ou socioculturel, c’est-à-dire en lien avec l’âge et la langue. «Les communautés ethnoculturelles, en général, sont plus jeunes que les communautés natives, donc l’accès au vaccin a été rendu disponible plus tard», explique-t-il.

La barrière linguistique est aussi un enjeu, considérant que les communautés allophones ont plus de difficulté à ressentir l’urgence de la situation, puisqu’elles ne comprennent pas toujours l’information transmise. 

Par ailleurs, le sentiment d’isolement, exacerbé par la pandémie, a un impact sur la volonté de ces communautés à se faire vacciner. Cet isolement est combiné à une difficulté d’accès au système de la santé. «Ce double isolement diminue le besoin pour elles de se faire vacciner», ajoute Raphaël Langevin. 

De plus, les craintes des minorités culturelles par rapport aux vaccins jouent un rôle «majeur» dans leur réticence, notamment parce qu’elles sont sous-représentées dans les essais cliniques, poursuit le chercheur. 

Finalement, Raphaël Langevin souligne que les craintes générales des minorités visibles envers le système de santé amoindrissent leur confiance. Cela est dû au racisme systémique qu’elles vivent et aux récents événements relayés dans les médias comme la mort de Joyce Echaquan, précise-t-il. 

«Tout ce qu’on entend par rapport aux potentiels effets secondaires des vaccins résonne deux à trois fois plus chez ces communautés-là à cause du contexte historique», ajoute M. Langevin.

 

Articles similaires