Soutenez

Des cliniques de vaccination dans les parcs et terrasses?

Photo: (Photo: Gracieuseté - Maison de la culture Marie-Uguay)

Pour contrer la propagation de la COVID-19 dans les parcs et terrasses, des cliniques de vaccination pourraient y être installées. C’est ce que le ministre de la Santé, Christian Dubé, a laissé entendre en conférence de presse lundi.

Le respect de la distanciation physique été laborieux pour certains lors de la première fin de semaine d’ouverture des terrasses, après 240 jours sans avoir accueilli de clients. Diverses histoires de clients et d’employés trop heureux de se revoir ont circulé dans les médias et les réseaux sociaux. La mairesse Valérie Plante a d’ailleurs été surprise accompagnée d’un trop grand nombre d’adultes vivant à des adresses différentes. Les parcs ont aussi été la scène de plusieurs rassemblements.

https://twitter.com/fcarle/status/1398418501971415040

Cet engouement pour les parcs et les terrasses a inspiré le ministre à vouloir y installer des activités de vaccination.

«S’il faut aller dans les parcs, s’il faut aller dans les terrasses, on va y aller, a tranché M. Dubé. Notre philosophie de vaccination, c’est comme du service à la clientèle. Si nos jeunes ont de bonnes raisons de se retrouver en parcs, en terrasses, on va aller les rejoindre là-bas.»

La Ville de Montréal serait ouverte à cette possibilité.

«Si cela se confirme, nous allons travailler en collaboration avec le ministère de la santé et la direction régionale de santé publique comme nous le faisons depuis le début de la pandémie», a indiqué le cabinet de la mairesse Valérie Plante.

Le plan de déconfinement annoncé est conditionnel au respect des mesures sanitaires et à une forte adhésion à la vaccination, a-t-il rappelé.

«On comprend que tout le monde avait hâte de se déconfiner, convient le ministre. Mais si on veut avoir un beau retour en septembre, si on ne veut pas se retrouver dans une quatrième vague, il faut aller se faire vacciner et suivre les mesures sanitaires.»

Imposer la fermeture des terrasses aux restaurateurs n’est pas envisagé pour l’instant. «L’effervescence des premiers jours était normale. Maintenant, regardons comment [la situation] va se développer dans les prochains jours. Je pense que les gens comprennent comment il est important de respecter les règles», statue-t-il.

Questionné quant au passage potentiel de Montréal en zone orange, le ministre Dubé a indiqué qu’«il fera le point mardi.»

La semaine dernière, soit avant le début du déconfinement, la Santé publique de Montréal rapportait neuf éclosions communautaires reliées à des attroupements dans des parcs.

Clarifications nécessaires

Au cours de la fin de semaine, une deuxième dose du vaccin AstraZeneca a été inoculée à plusieurs personnes, quatre semaines après la réception de leur première dose. Il est nécessaire d’attendre huit semaines avant de recevoir une deuxième injection, a clarifié Christian Dubé.

Le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) serait à l’origine de la confusion, après avoir émis un avis initial selon lequel quatre semaines entre la réception de deux doses suffisait.

«Désolé s’il y a eu une confusion. À partir de maintenant, ce sera huit semaines», a tranché M. Dubé. Selon les experts, ce délai offrirait une meilleure protection au virus, ajoute-t-il.

Le délai entre la réception des deux doses variait en fonction des centres de vaccination. Par exemple, les visiteurs pouvaient se faire inoculer après 28 jours d’attente au Palais des congrès. Au Stade olympique, il n’y avait que ceux qui avaient reçu leur première dose avant le 3 avril qui pouvaient recevoir la deuxième.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.