Montréal

L’Hôtel-Dieu, nouveau refuge pour les personnes itinérantes à Montréal

Visite des installations prévues pour les personnes en situation d'itinérance à l'Hôtel-Dieu du CHUM. Photo: Josie Desmarais/Métro

Alors que le refuge installé temporairement à l’hôtel Place Dupuis cessera ses activités après cette nuit, l’Hôtel-Dieu du CHUM offrira une centaine de places aux personnes en situation d’itinérance dès le premier juillet.

Le CIUSSS du Centre-Sud de l’Île-de-Montréal, le Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), la Mission Old Brewery et la Mission Bon Accueil en ont fait l’annonce aux journalistes lors d’une visite informelle des lieux.

Quatre des sept étages du pavillon Le Royer ont été aménagés. Sur chacun d’eux, 25 chambres ont la capacité d’accueillir jusqu’à deux personnes à la fois. Les usagers pourront rester dans l’établissement 24 heures par jour et sept jours sur sept.

Selon le PDG de la Mission Old Brewery, James Hughes, c’est une innovation. «On passe d’un modèle où c’est juste 16 heures par jour, à l’hôtel Place Dupuis, à un modèle de 24/7 [à l’Hôtel-Dieu] où les gens peuvent s’installer et peuvent déposer leurs affaires», souligne-t-il.

Trois repas par jour, ainsi que des collations seront servis chaque jour et des télévisions sont à la disposition des usagers. D’ailleurs, le refuge accueille autant les hommes, les femmes, les personnes transgenres, les couples, ainsi que les animaux de compagnie.

Capacité de 150 places

Si l’hôtel Place Dupuis avait une capacité de plus de 350 lits et accueillait moins de 200 personnes par nuit, les installations de l’Hôtel-Dieu devraient pouvoir accueillir jusqu’à 150 personnes, selon la demande. 

Malgré l’écart de lits entre les deux refuges, James Hughes est confiant de pouvoir transférer tous les usagers de l’hôtel Place Dupuis. «On est en été et on est au début du mois, donc il y a moins de demande en cette période. C’est un excellent temps pour ouvrir, puisqu’on a assez de places dans les refuges», affirme-t-il. 

Pour le moment, le refuge temporaire devrait rester ouvert «certainement pour les huit prochains mois» et le contrat pourrait être prolongé. «On espère pouvoir continuer à offrir ce service tant que le besoin est présent et ça risque d’être le cas pendant assez longtemps», mentionne James Hughes. 

Accompagnement au logement

De plus, il n’y a pas de durée de séjour limitée à l’Hôtel-Dieu du CHUM. «Ils peuvent rester autant qu’ils veulent, tout l’été, tout l’automne», dit James Hughes.

Cependant, il précise que l’objectif est que les usagers ne restent pas longtemps. «Le but, en itinérance, c’est que les gens partent le plus vite possible. Ils ne veulent pas être ici, ce n’est pas le rêve d’être en situation d’itinérance», ajoute-t-il.

D’ailleurs, le modèle 24/7 permet de mieux accompagner les usagers du refuge vers un logement permanent. 

«La préparation de la sortie de l’itinérance, ce n’est pas facile. Souvent, ces personnes-là ont tout perdu: tout leur réseau, tout leur argent et leur logement. Donc c’est de rebâtir tous ces liens — c’est ce qu’on appelle la réaffiliation — et c’est ça qui va se faire ici, dans le bâtiment.»

James Hughes

Une autre refuge temporaire ouvrira ses portes le premier juillet à l’Auberge Versailles. Géré par l’organisme Care Montréal, l’endroit pourra accueillir des personnes dans l’est de Montréal, selon le même modèle «24/7 avec accompagnement».

D’autres projets sont également en cours avec les partenaires de la région de Montréal pour offrir des solutions plus pérennes pour les personnes en situation d’itinérance, soit l’entrée en logement. 

Déjà, les projets en cours ont permis d’accompagner près de 350 personnes en logement depuis le 1er avril 2021 afin qu’elles puissent pleinement retrouver leur pleine citoyenneté en toute dignité, indique le CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.

Articles récents du même sujet