Montréal

Une marche contre la violence et les armes dans Saint-Michel

gerbe_fleur_thomas_trudel
Plusieurs personnes ont déposé des objets et des fleurs à l'endroit où le jeune Thomas Trudel a été abattu dimanche soir. Photo: Josie Desmarais/Métro Média

Une marche et un «sit in» auront lieu samedi 20 novembre à midi au parc François-Perrault. Le rassemblement est prévu devant la bibliothèque du quartier, proche de l’endroit où le jeune Thomas Trudel a été abattu dimanche soir.

L’événement est organisé par le Forum Jeunesse de Saint-Michel. Son coordinateur et intervenant, Mohamed Mimoun, précise que l’événement se fera en plusieurs étapes. Le rassemblement débutera en donnant la parole aux jeunes du quartier et à quelques élus.

La mairie de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension a d’ailleurs confirmé la présence de la mairesse, Laurence Lavigne Lalonde et du conseiller de la Ville, Sylvain Ouellet.

Par la suite, les participants marcheront jusqu’au lieu du crime, précise Mohamed Mimoun. Ils y déposeront une gerbe de fleurs et observeront une minute de silence.

Voir les besoins sous un autre angle

Mohamed Mimoun pense qu’il faut regarder le problème sous un autre angle que celui de l’accès aux armes à feu.

Il considère «qu’une coche a été manquée auprès des jeunes alors que la dérive commence parfois très tôt». Mohamed Mimoun voit que les jeunes glorifient de plus en plus la violence, l’argent sale, mais surtout leur utilisation des réseaux sociaux.

Le coordonnateur considère qu’il y a eu un manque des gouvernements pour cibler ce problème.

Mohamed Mimoun voit aussi un problème dans le problème. L’accès aux armes accumulé avec une utilisation des réseaux sociaux. Ce qui fait que les jeunes peuvent utiliser leur arme pour la moindre «chicane».

Des pistes de solution

Il faut créer un triangle entre les parents, le cercle communautaire et scolaire, et les jeunes, indique le coordinateur du Forum jeunesse de Saint-Michel.

Même si les parents peuvent être parfois impuissants, il voit aussi l’inclusion du parent dans la problématique. Il voit de nombreux parents ne pas voir ou être dans le déni par rapport à ce que vivent leurs enfants.

Les parents ont du mal à voir la vérité jusqu’à ce que leurs enfants «reçoivent le premier coup». C’est trop tard lorsqu’ils s’en rendent compte.

Mohamed Mimoun, coordinateur du Forum jeunesse de Saint-Michel

Il faut aussi créer des lieux que les jeunes peuvent fréquenter pour créer des liens avec des intervenants. Cela peut permettre d’inclure les parents, ce qui n’est pas fait aujourd’hui, selon lui.

La problématique des réseaux sociaux doit aussi être prise en compte. Et rien n’est fait de ce côté-là, déplore-t-il.

Il faut des intervenants communautaires spécialisés qui comprennent cette problématique des réseaux sociaux. Et qui savent ce que veulent les jeunes pour réussir à créer un lien de confiance.

Mohamed Mimoun, coordonnateur du Forum jeunesse de Saint-Michel

Il tient aussi à préciser que les travailleurs communautaires ne peuvent plus travailler comme ils le faisaient avant. Ils doivent comprendre ce que souhaitent les jeunes.


M. Mimoun indique que la jeunesse d’aujourd’hui veut apprendre un métier et gagner sa vie. «Ils ne veulent pas aller jouer au baby-foot ou au ping-pong».

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Villeray – Parc Ex – Petite-Patrie.

Articles récents du même sujet